Par Morgan Couturier

Mis sous pression jusqu’à la dernière minute, l’OL a réussi l’exploit d’éliminer la Juventus de Turin. Malgré la défaite (2-1), les hommes de Rudi Garcia poursuivent leur périple européen.

C’est donc vrai, une image vaut bien mille mots. Voire plus selon les cas. Les images de liesse et la joie extatique de Rudi Garcia arpentant la pelouse du Juventus Stadium suffisent à décrire la portée de l’exploit du groupe lyonnais.

Un joli paradoxe, si nos yeux encore embrumés, demeuraient figés sur ce score à la défaveur des Gones. 2 -1, voilà ce qu’affiche encore ce matin, le tableau d’affichage, favorable à ce diable de Cristiano Ronaldo et ses partenaires.

Premier club français à sortir la Juve

Hélas pour la Juve et à la plus grande joie de Lyon, l’Europe se jouait encore sur deux matchs. Après avoir remporté le match aller sur le score de 1-0, l’OL a tenu bon lors de la revanche à huis-clos. Jusqu’à la fin, pour finalement composter un billet pour l’élite, ce fameux Final 8, chéri de tous les clubs, où Lyon peut entretenir son rêve de sacre et de qualification européenne pour la saison prochaine.

Et puisque nul humain ne peut lire l’avenir, il est donc de coutume aujourd’hui de profiter de l’instant présent. De cette panenka humiliante de Memphis Depay qui, dès les premiers instants, traça la route du succès, en dédicace à ce tube tout aussi triomphant d’Eddy Mitchell.

Un récital signé Caqueret

On pourrait également repenser à cette sublime envolée de Lopes, sur un coup-franc de Ronaldo, dont le ballon ne demandait qu’à mourir dans les filets. Oui mais voilà, au bout d’un final haletant, l’OL a tenu bon. Quitte à oublier le jeu.

Soit, mais à la fin, seule la victoire est belle. Celle des Lyonnais l’est encore plus. Et pour cause, jamais la Juventus n’avait rendu les armes face à un club français. Lyon l’a fait.

> Prochaine étape : Lisbonne, pour un quart de finale épique face à Manchester City, samedi 15 août 2020 à 21h