Par Morgan Couturier

Tourné pendant le confinement, le court-métrage « Merci Lyon », signé Kevin Clerc vient glorifier toutes les actions orchestrées par les Lyonnais en cette période délicate. Une manière aussi, pour le réalisateur, de partager son amour pour la capitale des Gaules.

« C’était tout planifié », évoque-t-il. Dans les moindres détails, et ce, jusqu’à la date de publication pourrait-on croire. Et pour cause, le confinement venait à peine d’être levé ce lundi 11 mai 2020, que Kevin Clerc s’est empressé de sortir du bois à sa manière, auréolé d’une vidéo sobrement intitulée « Merci Lyon ».

Le court-métrage ne s’approprie qu’une minute et 42 secondes de notre temps, un intervalle suffisant pour le jeune réalisateur qui parvient en ce court laps de temps, à nous ramener à une époque déjà lointaine, à savoir cette période de confinement où Lyon semblait désespérément vide et inanimée.

Et pourtant, au travers de ses images, Kevin Clerc nous dresse une toute autre réalité, celle de héros des temps modernes, chauffeurs de bus, éboueurs, pharmaciens, caissiers, maraîchers et autres infirmiers, sans qui, la capitale des Gaules aurait véritablement sombré dans le K-O.

« Il n’y a pas que les aides-soignants qui ont souffert »


« Cette idée d’une vidéo de Lyon, ça fait longtemps que ça me trotte. Avec la crise, tous mes contrats ont été suspendus, alors comme je suis amoureux de ma vie, je voulais remercier tous les secteurs d’activité et créer une histoire », décrit-il.

Au fil des rues désertes, filmées par drone, le cinéaste se charge ainsi de mettre un visage sur toutes ces professions de l’ombre qui ont œuvré pour rendre la ville meilleure. Verdict, le résultat est à la hauteur du projet, en atteste les quelque 6 000 vues enregistrées en à peine 48 heures.

« J’aime montrer mon travail, mais pas me montrer »

« Je suis content, il y a un bon démarrage, mais je n’ai pas d’objectif particulier. Je tiens simplement à remercier les bénévoles. C’est grâce à eux que j’ai pu tourner », poursuit Kevin Clerc. Passionné de voyages, ce dernier espère désormais reprendre le court de sa vie, celle d’un homme animé par l’envie de « défendre des causes qui me touche ».

Lyon en faisait partie. Place désormais à l’Indonésie, et les espèces en voie de disparition. Dans les cartons, une avant-première dans les salles de cinéma prévue au mois de janvier prochain. Si la covid-19 le permet…

Pour voir la vidéo, rendez vous sur www.vimeo.com/417110594