Disparition. Sainte-Foy-Lès-Lyon pleure le docteur Gilles Assi

21 septembre, 2021 | LES GENS | 0 commentaires

Propos recueillis par Marco Polisson et Morgan Couturier

Implanté à Sainte Foy les Lyon depuis 1974, le docteur Gilles Assi est décédé ce samedi 18 septembre 2021 à l’âge de 76 ans des suites d’un cancer. Premier adjoint au maire pendant trois mandats, il a consacré toute sa vie à Sainte Foy et aux Fidésiens.

« Nous perdons un homme d’une bienveillance, d’une écoute, d’un humanisme exceptionnel. Un ami au grand cœur. » souligne son ami Maxime Caminale, très affecté. C’est avec son aide que nous retraçons le parcours altruiste de cette discrète personnalité de la vie fidésienne dont nous avons fait la connaissance lors de la rédaction du magazine Lyon People spécial patrimoine consacré à Sainte Foy (lire ici, l’article de Benjamin Solly).

Gilles Assi est né à la Croix-Rousse le 12 décembre 1944 et a vécu son enfance dans le 6eme arrondissement jusqu’au début des années 50, époque à laquelle ses parents s’installèrent en Afrique (au Sénégal à Dakar) car son père dirigeait une entreprise d’import/export spécialisée notamment dans les étoffes et soieries lyonnaises.

Gilles et Annie Assi, Julien Smati, Maxime Caminale, Florence Miognot et Sophie Cruz dans la chapelle du séminaire Saint Irénée lors de la soirée de lancement de Lyon People « Les secrets de Sainte Foy ».

D’abord étudiant en médecine à Dakar, il réussit l’externat dans les années 1966 à 1969 (qui était un concours à l’époque) puis traverse la Méditerranée pour rejoindre Saint Etienne. On imagine le choc thermique… Puis il gagne Lyon pour faire son internat au centre Léon Bérard à Lyon avant d’être rattaché à Lyon Sud (Hôpital St Eugénie à l’époque) avec comme spécialité la Gastro-Entérologie (début des années 1970).

Il soutient sa thèse de médecine sur le thème « Cancer primitif du foie chez l’enfant » en 1971, tout en effectuant ses 3 années de spécialité en gastro entérologie à Lyon Sud (Sainte Eugénie). Bien qu’ayant réussi sa spécialité de gastro, il donne une nouvelle orientation à sa vocation en devenant médecin généraliste.

En 1974, Gilles Assi ouvre son cabinet de Médecine Générale à Sainte Foy les Lyon, boulevard du 11 Novembre 1918. Une adresse qu’il conservera jusqu’en 2018, soit plus de 45 ans au service des patients et des Fidésiens, au cœur de la cité.

Gilles et Annie fêtant le nouvel An à Dakar… au début de leur idylle !

Mais impossible de retracer le parcours de Gilles sans évoquer sa muse Annie. C’est sur les bancs de la faculté de Médecine de Dakar que Gilles rencontre Annie Langlade en 1965 (photo ci-dessus). Docteur en chirurgie dentaire, elle a suivi sa formation à la faculté de Toulouse, puis de Lyon et s’est installée à Pierre-Bénite pendant plus de 45 ans.

Les tourtereaux se marient le 27 décembre 1969 à Moneteau dans l’Yonne vers Auxerre car les parents d’Annie, en rentrant d’Afrique et après Toulouse se sont installés dans cette localité où le père d’Annie dirigeait une entreprise. Habitants à Sainte Foy depuis 1969 et médecin depuis 1974 sur la commune, Gilles et Annie ont toujours eu à cœur de s’investir avec bienveillance et humanisme pour les habitants et pour la commune.

Le parcours d’un élu exemplaire et désintéressé

Le début de l’engagement municipal de Gilles Assi remonte au Projet de création de ZAC en lieu et place de la propriété du Montriant dans les années 1970 et a rejoint un collectif contre ce projet. Ce collectif est à l’origine de l’AGUPE, Association de défense et de préservation de l’environnement et du patrimoine vert fidésien. Ces Fidésiens révoltés par ce projet de ZAC (il était question de construire une mini Part-Dieu en lieu et place du domaine) se réunissait alors dans les sous-sols de la propriété Chabaud du Montriant.

Gilles Assi accueillant l’ancien Président Valéry Giscard d’Estaing dans le centre de Sainte Foy en 1983

En 1983, Gilles Assi est élu sur la liste du nouveau maire Jean Salles et devient maire adjoint au relations publiques. C’est alors qu’il fonde le SIRF (Son Image Rencontre Fidésienne), une des plus belles associations de la commune et fleuron toujours actif aujourd’hui. LE SIRF a réhabilité l’ancien cinéma REX et créé le cinéma Jeanne Mourguet, cinéma associatif qui fonctionne uniquement grâce aux bénévoles. Gilles Assi a également œuvré pour l’implantation de ce cinéma dans les nouvelles infrastructures du Méridien depuis 2014.

En 1989, lors du deuxième mandat de Jean Salles, Gilles Assi devient maire-adjoint en charge de l’urbanisme. Sous son impulsion, est créé le Grand Vallon, véritable poumon vert au centre de la commune. Il a conçu l’aménagement de cet espace apprécié et connu de tous les fidésiens voire de nombreux habitants de la métropole.

Gilles Assi a également impulsé et suivi la réhabilitation du centre bourg de Sainte Foy, en s’attachant à préserver au maximum l’habitat populaire du village et les maisons de caractère, comme il nous l’avait expliqué le jour du lancement du magazine Lyon People, spécial Sainte Foy (photo ci-dessus). En 1995, Gilles ASSI a souhaité poursuivre son engagement municipal car les enjeux urbanisques et la réhabilitation du centre bourg étaient majeurs afin de prendre position de manière ferme.

Il devient en 1995 premier adjoint au maire en charge de l’urbanisme et ce jusqu’en 2014, durant 3 mandats. On lui doit :

–       La création du SIRF et du cinéma Mourguet

–       La création de la Caravane des Cinémas d’Afrique

–       Le Salon du livre de Sainte Foy

–       Nature en Fête (10 000 visiteurs chaque année)

–       Le Grand Vallon

–       Le réaménagement du Centre Bourg

–       La restructuration des quartiers

–       L’implantation de la Caserne des pompiers et la rue Sainte Barbe

–       Les acquisitions foncières au profit de la commune afin de faire venir des entreprises à Ste Foy

–       Sainte Foy Sans Frontières

Il fut également conseiller communautaire puis métropolitain depuis 1989 et vice-président du Grand Lyon en charge des espaces naturels de la Métropole de 2008 à 2014. « Gilles Assi lègue aux Fidésiens le Sainte Foy d’aujourd’hui avec cet esprit d’ouverture et de bienveillance qui l’a toujours animé. Il portait une vision pour sa ville et pour ses habitants avec une prospective à 30 ans » résume Maxime Caminale : « Les témoignages d’habitants, de patients décrivent tous GA comme proche, aimant, à l’écoute, accessible et humain ».

Des propos confirmés par Florence Mignot, ancienne conseillère municipale (photo ci-dessus) : « Entre Gilles et moi, c’est une longue histoire. Il m’a vu naître. Il a trouvé un terrain pour mes parents. J’ai toujours gardé des liens avec lui. Ils se sont renforcés lorsque je suis arrivé à la mairie de Sainte-Foy. Je l’ai alors découvert comme ami. Ce qui le caractérisait, c’était son don de soi. Il était toujours dans la bienveillance. Je l’appelais mon étoile du Berger, parce qu’il me tendait toujours la main. Il dédiait sa vie aux autres. Il était dans le partage. Chez lui, c’était un vrai lieu de rencontre, sa porte était toujours ouverte. »

Même son de cloche chez François Lamy, adjoint aux finances de 1995 à 2014 : « Avec Gilles, on s’est rencontré il y a 30ans de cela. Nous organisions une liste pour les élections municipales. Lui était premier adjoint et déjà, il était créatif et actif. Il a d’ailleurs été à l’initiative de nombreuses créations (la bibliothèque, le salon du livre) et de négociations importantes, comme le réaménagement du chemin des Prés. Il savait défendre ses convictions et il avait une possibilité d’écoute extraordinaire. Chez lui, il y avait un vrai dévouement pour les patients comme pour les Fidésiens. Alors pour moi, c’était un ami profond et véritable ! »

Sophie Cruz, conseillère régionale (ci-dessus, à gauche), se souvient avoir démarré en politique grâce à lui. « Il m’avait demandé de venir travailler avec lui. A Sainte-Foy, on a mené ensemble le combat de 2014. On a vécu des moments très forts et même si on n’a pas eu le résultat escompté, on est resté soudés. C’est pour cela que j’ai énormément de respect pour lui, pour ce qu’il a pu me donner. C’était quelqu’un de très humain. Il aimait partager, accueillir. On refaisait le monde chez lui. Et en même temps, c’était quelqu’un de visionnaire, de précurseur. Il a marqué de son empreinte l’urbanisme fidésien. Je retiens donc son altruisme. Gilles a œuvré sa vie pour les autres ! »

La rédaction de Lyon People présente ses condoléances à son épouse Annie et à ses six filleuls : Stéphane Gambetta, Valentine Carol, Olivier Fraysse, Marie-Juliette Assi, Flore Ostapoff, et Louis Caminale.

> La messe de funérailles sera célébrée, vendredi 24 septembre à 14h en l’église de Sainte Foy Centre

<a href="https://www.lyonpeople.com/author/marco" target="_self">Marco Polisson</a>

Marco Polisson

Rédacteur en chef
Co-fondateur du magazine.
En charge de la rédaction et responsable des partenariats.
Délégué à la protection des données RGPD

0 commentaires

Soumettre un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Cliquez ici pour SIGNALER UN ABUS
Vous pouvez nous adresser un email afin de signaler un contenu. Merci de préciser l’adresse de la page dans votre email. Votre signalement sera pris en compte au plus tôt.

Aujourd’hui

vendredi 12 avril

Saint Jules 1er


Recevez la newsletter

Restez informé en temps réel !

View More Results…