Par Marco Polisson

Personnalité attachante de la restauration lyonnaise, l’ancien patron de la brasserie L’Helvétie a été emporté par le coronavirus. Il avait 80 ans.

Après trois semaines d’hospitalisation, Pierre Souvignet a rendu son dernier souffle vendredi 3 avril 2020 à 15h30 à l’hôpital de la Croix-Rousse. « Il a lutté comme un lion, mais ses poumons étaient trop abimés. Ils n’ont pu se remettre en marche après son intubation » nous raconte, dévasté par le chagrin, le traiteur Jean-Paul Pignol. Les deux hommes sont unis par un lien d’amitié très fort depuis 1964.

Pierre et Jean-Paul, 56 ans d’amitié au compteur

Cette année-là, Pierre Souvignet, en rupture de ban avec ses parents boulangers pâtissiers à Firminy (42) décide de tenter l’aventure lyonnaise. Il trouve rapidement un job de serveur en extra chez le traiteur Vital Pignol, rue Emile Zola, dont il devient le chouchou attitré : « C’était le deuxième fils de mon père ! » relate Jean-Paul qui, par la même occasion, découvre en lui le frère qu’il n’a jamais eu.

Quand Pierre Souvignet décide se mettre à son compte en rachetant un premier bistrot dans les anciens immeubles de la rue Puits Gaillot (démolis lors de la construction de l’annexe de l’hôtel de ville, place louis Pradel), il s’adresse évidement à la « banque » Pignol. Rebelotte quelque temps plus tard dans le 3ème arrondissement puis quand il passe la vitesse supérieure en faisant l’acquisition de la brasserie L’Helvétie.

Sise 4, boulevard des Brotteaux, L’Helvétie est alors avec le Gourmandin le lieu de rendez-vous de la clientèle dorée du 6ème. En 1995, Pierre en confie la direction à Béatrice Denis – qui partira ensuite aux Négociants – avant de céder l’établissement au duo Billard (un maître d’hôtel) et Ducret un pharmacien investisseur qui… n’a pas vraiment l’ordonnance pour tenir une telle affaire.

Placée en redressement puis en liquidation judiciaire, elle est reprise en 1997 à la barre du tribunal de commerce par Thierry et Christine di Litta. Après avoir racheté le commerce voisin – le salon de thé Péché mignon – ces derniers la transforment trois ans plus tard en un nouveau repaire branché au décor new-yorkais : Le Ness. Ce même Ness qui devient le Barabaar en 2018.

Aline Souvignet, Marcelle Pignol, Sophie Demay et Pierre Souvignet lors de l’inauguration de la boutique Pignol des Gratte-Ciel, le 5 mars 2007

Pierre Souvignet avait conservé l’immeuble récemment vendu à Alliade. De son union avec Aline, il a deux enfants : Christophe qui vit aujourd’hui à Paris, et Eric, directeur d’exploitation de Pibolo, la filiale de Pignol en charge des bars et restaurants installés à Eurexpo. Les familles Souvignet et Pignol qui sont inséparables, passent leurs vacances ensemble. Jean-Paul et Pierre partagent également la passion de la chasse et se rendent chaque année en Afrique chasser la gazelle…

« Dans la vie, les amis tu les comptes sur les doigts d’une main… bah j’en un et c’est lui. » nous déclarait Jean-Paul Pignol à son propos dans l’interrogatoire à KGB auquel nous l’avions soumis en 2007 (photo ci-dessous). Autorisé à venir dans l’antre de Thierry Lahon et Pierre Chambon  accompagné d’un « avocat », il avait choisi Pierre Souvignet pour le soutenir. Quelle partie de rigolade pour Nico et moi-même à les entendre nous raconter leurs 400 coups… au Cameroun et ailleurs.

De Pierre Souvignet, tout le monde souligne le caractère affable et la fidélité. « Un sacré personnage ! » assure tristement Thierry Di Litta qui aura été son locataire durant 20 ans. Même retraité, il était toujours présent pour donner un coup de main à son ami de toujours. Quand Jean-Paul et Françoise Pignol s’accordent quelques jours de vacances, il est évident que Pierre – qui réside à Francheville le Haut – va passer jeter un œil et saluer les employés du laboratoire de Brignais. C’est depuis le balcon du ciel qu’il veille désormais sur eux.

L’équipe de Lyon People présente ses sincères condoléances à son épouse, ses enfants et ses 10 petits-enfants. Pierre Souvignet effectuera son dernier voyage jeudi 9 avril 2020 dans l’intimité familiale compte-tenu des circonstances.

Appel à témoins : Nous recherchons des photos de la brasserie l’Helvétie pour la version papier de cet article. Merci d’avance !
> marco@lyonpeople.com