Texte : Marco Polisson. Les jours se suivent et se ressemblent pour le petit Grégory Doucet qui enchaine déconvenues et humiliations. Dernier exemple en date avec les femmes motards qui lui ont « roulé dessus » dans l’après-midi du dimanche 13 mars 2022. Un épisode en roue libre de la série #Lyon écolo.

Les adhérentes de l’association « Toutes à moto » ont des rituels. Chaque année, à l’occasion de la Journée internationale des droits des femmes, elles sont 600 à enfourcher leurs bécanes pour défiler – à petite vitesse – dans les rues de Lyon. Mais depuis leur hold-up électoral de 2020, les écologistes ne l’entendent pas de cette oreille et ont décrété l’interdiction de leur parade motorisée…

Mais nos motardes lyonnaises ne se sont pas laissé intimider par Doucet et consorts.

Après avoir pris connaissance, stupéfaites, de cette nouvelle interdiction du maire écolo, elles ont débarqué avec casques et bagages dans le bureau du préfet Pascal Mailhos qui, au nom de l’Etat et de la liberté de manifestation, leur a délivré les autorisations nécessaires. Cet épisode est symptomatique des tensions qui se développent entre la Préfecture de Région et la Mairie de Lyon.

Les relations entre les deux institutions sont devenues extrêmement tendues. Le préfet, las des polémiques à répétition, n’hésite plus à recadrer publiquement le chef de la secte, notamment sur les sujets de la liberté et de la sécurité, comme ce fut le cas début mars, dans la lettre qu’il lui a adressée pour lui demander de prendre – enfin – les problèmes sécuritaires à bras le corps.

La moto est le symbole même de la liberté que les écologistes veulent entraver

« Le défilé moto et la manifestation statique des motardes est une tradition depuis 10 ans » rappelle de son côté l’éditorialiste du magazine Moto Journal qui s’est lui aussi saisi de l’affaire et fustige l’interdiction émise par Doucet : « L’urgence climatique a bon dos. Compromettre une heure de défilé au nom des nuisances au détriment de la défense d’une noble cause en vaut-il la chandelle ? » s’interroge Xavier de Montchenu.

« Cette décision s’ajoute à d’autres, malheureuses, prises par d’autres mairies tenues par des écolos : l’épisode du sapin de Noël, « arbre mort » dans le collimateur à Bordeaux, les subventions d’aéroclubs coupées parce que le vilain aérien fait rêver les enfants, ou celles refusées au Yacht Club (de voile) de Vincennes parce que les yachts polluent (sic).

« Le ver est dans le fruit. Parfois c’est dans le Vert qu’il se trouve », conclut notre confrère.

Ce dimanche en début d’après-midi, elles furent près de 600 à avoir rallié la place Jean Jaurès et bravé l’interdit écolo, dans une ambiance bon enfant. Il s’agit là d’un nouveau camouflet pour la secte verte. Chaque jour, les Lyonnais et les Lyonnaises qui refusent son dictat font preuve d’ingéniosité et de débrouillardise. Ou trouvent des parades tout à fait légales pour contrer ses oukases.

Dimanche 13 mars 2022