Le premier magistrat d’Irigny, vice-président de la communauté urbaine à la mobilité et aux déplacements, fait partie de la myriade « petits » maires qui ont porté Gérard Collomb à la présidence du Grand Lyon dès 2001.
« Je trouve que la communauté urbaine est bien gérée », confie da Passano qui ne veut pas modifier profondément « une équipe qui gagne. » Sur le ton de la confidence, l’homme assure que le président du Grand Lyon a déjà commencé son travail de débauche des maires UMP pour s’assurer du nombre de voix nécessaires à sa réélection. « Il y a aujourd’hui quatre vice-président UMP, il n’est pas impossible qu’il soit encore plus nombreux lorsqu’il s’agira de construire la future majorité communautaire. »  Comprenez qu’il faudra beaucoup de persuasion à Philippe Cochet, qui vise la présidence de la communauté urbaine pour réunir autour de sa candidature. Le président de l’UMP du Rhône veut conquérir la présidence du Grand Lyon via son mouvement « Une autre Métropole. »