La première édition fut un succès, la seconde a confirmé cet engouement, Toquicimes ayant réussi son pari d’associer ses visiteurs au plaisir de la gastronomie et des chefs locaux. Toujours dans la bonne humeur, et surtout, dans la gourmandise.

 Guillaume Gomez, le chef de l’Elysée avait prévenu les plus gourmands, « Toquicimes est une chouette idée ». Après dégustations, les estomacs les plus délicats ont eu du mal à le contredire, les effluves des mets locaux ne tardant pas à mettre en appétit les différents convives. Soit, manger est une délicieuse tentation, complexe à déjouer, mais résumer Toquicimes aux succulentes appréciations de plats serait faire offense à cet événement dessiné depuis deux par le chef mégevan Emmanuel Renaut.

Pour preuve, cette pléiade d’animations offertes au public invité à mettre la main à la pâte, au propre comme au figuré. Ainsi, si le concours de meilleure fondue a alléché les passants, à l’approche de l’hiver, les spectateurs ont surtout pris un malin plaisir à déguster la fondue lauréate de Thierry Guinot et à applaudir la battle des chefs, remportée par le chef italien Francesco Ibba face à ses comparses Clément Bouvier, Joseph Viola et Franck Leclerc contraints de cuisiner avec des gants de boxe. Au menu, un soufflé au fromage et aux champignons. Percutant mais délicieux !