Texte Eva Bourgin. Quatre jours durant, les anciennes usines de Fagor-Brant se sont effacées au profit de la 6e édition du Street Food Festival. Dégustations originales, ateliers créatifs et danses animées, le menu fut plus que savoureux.

La cuisine se dévoile comme un art intergénérationnel où la passion et la solidarité restent les mots d’ordre à ne jamais oublier. Ici et plus qu’ailleurs, à Lyon, capitale de la gastronomie, cette diversité de maîtrises, fortifie la culture de ce plaisir à consonances mondiales. Une philosophie commune du délice, valorisée au sein d’un événement : le Street Food Festival, organisée du jeudi 23 au dimanche 26 juin.

Pour l’occasion, 120 chefs se sont ainsi réunis dans plus de 23 000 m2 pour présenter leur savoir-faire à plus de 38 000 gourmands, mais aussi de sortir de leur zone de confort pour proposer aux visiteurs, diverses préparations aux saveurs authentiques, en hommage aux trois pays mis à l’honneur cette année.

Une escapade culinaire à destination du Pays-Basque, de l’Asie et du Portugal

Zone salée et sucrée, dégustation de vins, ateliers créatifs accompagnés de DJ set, l’objectif fut alors de réunir un maximum de personnes autour de passions communes et de recettes originales, à l’image des pâtisseries Bouillet, rendant hommage au Pays-Basque. « On a mis trois semaines pour préparer deux recettes. Ici on a le pain au lait toasté avec de la marmelade d’agrumes et la brioche chaude avec de la glace à l’intérieur », décrivit le pâtissier Nathan Benin.

A quelques mètres, d’autres signatures se chargèrent elles, de rendre hommage à l’excellence de la gastronomie lyonnaise, comme surent le présenter la boulangerie Victor et compagnie, associée au Bocuse Original Comptoir (BOC). « On avait envie de rendre hommage au croque glacé, dont la recette fut imaginée par le fils de Monsieur Paul, Jérôme Bocuse. On retrouve deux recettes, une avec la sauce pralinée et une autre au chocolat », affirme Déborah Girardet, directrice des opérations chez Victor et compagnie, initiatrice de ce partenariat avec son amie Madeline Liu, responsable développement chez BOC.

Enfin, si les chefs surent profiter de cette édition pour se surpasser, les élèves de l’institut Paul Bocuse mirent également la main à la pâte. « On travaille depuis le début avec le Street Food Festival. Le but, c’est de transmettre un savoir-faire aux élèves. Ce qui nous intéresse, c’est la pédagogie. L’objectif cette année, c’est d’être novateur avec des fruits de saison », se réjouit Joannie Taton, chef exécutif adjoint en pâtisserie à l’institut Paul Bocuse.

Un apprentissage rigoureux dont le public a pu lui aussi bénéficier au gré des différents cours de cuisine proposés sur inscription, par l’école de cuisine Paul Bocuse. Tabliers rangés et stands retirés, l’édition s’est alors éteinte sur le parfum exquis des dernières dégustations. Le Street Food Festival l’a donc encore prouvé, la gastronomie franco-lyonnaise demeure encore et toujours un plaisir délicieux. Vivement la 7e édition !