Par Anna Pellissier

Installée sur la place du Maréchal Lyautey, dans le 6e arrondissement, la Caravane des Chefs a vu le jour ce mardi 5 janvier, grâce à la volonté de quatre femmes. Jusqu’au 20 janvier 2021, quinze chefs se succéderont afin de proposer leurs recettes signatures et ainsi remonter le moral des Lyonnais.

Le projet est envoûtant, autant que gourmand, au point que Christophe Marguin finisse par l’avouer : « C’est une initiative de femmes. Ce sont elles qui ont tout fait ». Rendant à César ce qui appartient à quatre copines, Eugénie Guillermin, Aurélie Sitruk, Béatrice Grandgeorge et Julie Domerc, le président des Toques Blanches Lyonnaises n’a donc pas manqué de saluer la création de la « Caravane des chefs », pensée et construite de façon à accueillir à tour de rôle, quinze chefs lyonnais, sous un brillant food-truck, posé sur la place Maréchal Lyautey.

Donner une meilleure visibilité aux chefs et ainsi retrouver sa clientèle, voilà donc l’objectif de ce nouveau projet qui, en dehors des problèmes financiers que la crise sanitaire apporte, vient apporter un peu d’humain à une période complexe. Et si les différents gastronomes ont rappelé leurs inquiétudes, tous ont apprécié, dès le premier soir, « la grande solidarité » des Lyonnais, nombreux à être appâtés par les parfums de cette cuisine ambulante.

Au menu du premier soir, tatakis de bœuf et œufs parfaits

« Ça a créé beaucoup d’engouement », se réjouit le chef Marc Boissieux (ci-dessus), désigné pour ouvrir ce bal culinaire, où ses œufs parfaits et ses tatakis de bœuf ont été débordés de succès. Avec 85 menus vendus, et une vingtaine de refusés, le saint patron de l’Inattendu a retrouvé le sourire. Au moins le temps d’un soir. « C’est une immense fierté d’être là. Puis cette caravane, elle est stylée ! », a-t-il plaisanté, rapidement imité par son homologue Christian Têtedoie.

« Nous avons subi 5 mois de fermeture. Là, je pense qu’on repart pour 4 mois. Cette petite parenthèse de la caravane des chefs va nous permettre de repasser un peu en cuisine. J’ai tout de suite adhéré. C’est une belle idée que de nous donner un peu de visibilité pendant cette période vraiment morose pour nous », évoque le gastronome du restaurant éponyme, ravi de faire parti de cette aventure, où le dernier mot sera revenu aux femmes.

Quatre femmes aux commandes de la Caravane

« Pour les chefs, c’était du hasard. Ce sont les quinze premiers qui ont répondu à notre demande qui ont été sélectionnés », explique Eugénie Guillermin, soutenue dans cette entreprise par le maire du sixième arrondissement, Pascal Blache. « C’est le meilleur endroit de la ville. Ici, il y a une vraie culture culinaire. On peut faire plein de choses sur cette place, elle est extra ! J’ai passé ma commande pour ce soir », explique l’édile. Quant aux Lyonnais, il est de bon ton de faire de même. Bien que confectionnées en amont, les commandes s’envolent. Alors plus que jamais, premiers arrivés, premiers servis !

Le programme des chefs :

  • 6 janvier : Mathieu Charrois (Epona) et ses menus à 32€, dont des Saint-Jacques snackées et du poulpe rôti, accompagné du chef Harold Imbault (Bistrot Frazarin).
  • 7 janvier : Olivier Paget (L’Âme Sœur)
  • 8 janvier : Thomas Pierre (Loup pendu)
  • 9 janvier : Arnaud laverdin (La Bijouterie)
  • 10 janvier : Maxime Laurenson (Rustique)
  • 11 janvier : Julien Gautier (M Restaurant) et Philippe Bernachon (Maison Bernachon)
  • 12 janvier : Frédéric Berthod (33 Cité)
  • 13 janvier : Claire Benoit (École de cuisine EDC)
  • 14 janvier : Christophe Marguin, Vincent Leleu et Gaspard Marguin (Restaurant le Président)
  • 15 janvier : Claude Barbet (Café de la Gare)
  • 16 janvier : Joseph Viola (Daniel et Denise)
  • 17 janvier : Joël Salzy (Les Fines Gueules)
  • 18 janvier : Christian Têtedoie (Restaurant Christian Têtedoie)
  • 19 janvier : Arnaud (Food Truck Duke)
  • 20 janvier : Marie Lecoq (Le Café du Pond)

Toutes les commandes doivent être passées auprès des restaurateurs concernés.