Par Morgan Couturier

Epaulés par la Région AURA, Davy Tissot et l’équipe de France visent un retour en grâce, huit ans après le dernier sacre tricolore au Bocuse d’Or. Revenus d’un ultime stage d’oxygénation sur les hauteurs de Megève, le chef lyonnais et sa garde rapprochée semblent fin prêts.

On ne sait encore, si après « 5h35 d’efforts », la Marseillaise retentira le 27 septembre prochain, au crépuscule du 34e Bocuse d’Or. Nous serons alors à la conclusion d’une « aventure humaine », que Davy Tissot et son équipe de France espèrent joyeuse. Festive aussi. Alors si d’aventure, un tel épilogue devait arriver, ce charmant équipage se laissera sûrement aller aux suggestions de Laurent Wauquiez, son « partenaire excellence ».

Débout : Julien Dubois, chef de projet logistique, le coach, Fabrice Prochasson, Arthur Debray, commis officiel, Alain Le Cossec, chef conseil, Serge Vieira, président de la Team France Bocuse d’Or et Catherine Jullien-Brèches, maire de Megève. Accroupis : Alizée Favre, coordinatrice, Nais Pirollet, responsable de la recherche et du développement des recettes, le chef Davy Tissot, Laurent Wauquiez, président de la Région Auvergne-Rhône-Alpes et Nicolas Ferrand, commis remplaçant.

En plus d’avoir offert « 125 000€ d’apports », le président de la Région Auvergne-Rhône-Alpes s’est en effet, targué d’une proposition : faire résonner ces paroles désormais connues de tous, dont le rythme appelle à « ramener la coupe à la maison ». Une coupe, une statuette, un Bocuse d’or, qu’importe, l’aspiration demeure la même : gagner. Et effacer de facto, huit ans de profonde disette.

22 concurrents. À la fin, il n’en restera qu’un !

Pour ce faire, qui de mieux qu’un représentant de la capitale de la gastronomie pour valoriser tout un pays, son art de vivre et son savoir-faire. « Moi, je suis juste un virage. Mais si je peux mettre la France sur le chemin de la victoire, c’est tant mieux », s’est ainsi emballé, le chef, Davy Tissot, embarqué dans cette folle expédition depuis deux ans.

Le drapeau français flottera-t-il sur le podium 2021 ? Réponse lundi 27 septembre

« C’est l’excellence française que vous avez devant vous. Il y a de belles figures. C’est un travail d’équipe. C’est comme cela que vous l’avez conçu. On croit en cette team. On vous fait confiance », a d’ailleurs insisté Laurent Wauquiez, à l’heure de présenter dans ses bureaux, une escouade alliant jeunesse et expérience. Une subtile association culinaire, qui, on l’espère, permettra au cuisinier du restaurant gastronomique « Saisons » à Ecully, de raviver quelques vieilles pensées.

Laurent Wauquiez veut « secouer le cocotier et créer à l’avenir, un site d’entraînement »

Comme ce souvenir de 2004, où tout juste sacré Meilleur Ouvrier de France, Davy Tissot avait posé, dans le cadre de sa photo de promotion, dans l’ombre de Monsieur Paul. « Le 27 septembre prochain, j’aimerais mettre la statue de Monsieur Paul devant moi. Je veux mon nom à Collonges », a-t-il revendiqué. Pour cela, le gastronome tient la réponse entre ses mains. Entre ses assiettes, ses couteaux, ses ustensiles. Le tout, pour préparer une seule et même recette : celle du succès !

Bocuse d’Or 2021
Le dimanche 26 et le lundi 27 septembre 2021, à l’occasion du Sirha Lyon, organisé à Eurexpo, boulevard des Droits de l’Homme – Bron.
>Plus d’informations sur
www.bocusedor.com