Par Nadine Fageol

Deux Lyonnais lancent le jardin à vivre sur une friche de la SNCF à proximité de la gare Jean Macé. Dans les cyprès, un espace urbain inconnu à s’emparer avec de belles choses à déguster dedans. De l’art de l’open space…

Si une idée tombe à point nommé c’est bien celle de Romain Bombail et Benoit Garcier que d’ouvrir un lieu de vie sur une friche de 3 500 m2 appartenant à la SNCF adossée à la gare Jean Macé offrant au passage une respiration dans les cyprès aussi inédite que bienvenue à l’heure du déconfinement progressif.

« Jusqu’à fin octobre, les Lyonnais pourront venir se reposer, travailler, siester, aérer les enfants ou sortir entre amis tout en ayant accès à de bonnes choses à prix ultra raisonnables et, si ma foi une personne ne consomme pas, nous ne la chasserons pas pour autant » explique Romain, le créateur de liens en univers bistronomique qu’il maitrise via l’organisation d’opérations éphémèrement gourmandes.

« Nous ne voulons pas parler d’un énième food court, ni même de concept »

Le discours est nouveau dans la sincérité qui se débarrasse de toute formule marketing auparavant dans le vent. Le tandem a appris et surtout évolué, Covid 19 a repoussé d’un mois l’ouverture du lieu inattendu initialement prévue en mai. Et, en a modifié singulièrement l’organisation.

L’adaptation aux nouvelles conditions sanitaires réduisant la fréquentation de 800 personnes estimées à 200 personnes qui devront laisser contact à l’entrée, sous forme d’inscription gratuite à Territoires, à des fins de traçabilité permettant de retracer les déplacements d’un hypothétique visiteur infecté.

Hors de question de déplacer les chaises ou transats à sa convenance. Et c’est là tout le métier du comparse Benoit Garcier, spécialiste en agencement événementiel qui n’a pas hésité au-delà des tables mange-debout à ressusciter les tables de pique-nique monobloc incluant les bancs. Remisée hélas la distribution de plaids, nappes et autres couvertures, « comment nettoyer tout ça ? », en revanche des toilettes chimiques en coin isolé.

Reportées à des jours meilleurs, mi-juillet peut-être, toutes animations culturelles adjacentes, concerts, prestations d’humoristes, projections en plein-air et autres dj-set.

Reste un lieu de vie accessible à tous offrant trois pôles de restauration, tout d’abord un bar proposant selon les heures du café à une sélection de vins toutes couleurs confondues à moins de 20€ la bouteille. Une bière pression par l’entremise de Hubster, découverte que cette jeune entreprise lyonnaise qui, bien décidée à rester propriétaire de ses créations, cherche tout de suite 1 000 à 2 000 m2 dans Lyon et ses environs pour implanter production. Romain qui croit dur comme fer encore en ce joli produit qu’est le cidre.

En parallèle, des pôles restaurations loués, dans les premières semaines à des copains créatifs.

Là encore, pas question de retrouver les noms habituels à ce type d’événement cuisine-camion ici cuisine dans containers. On parle désormais en français. D’abord des hot-dogs de compète mais surtout chaque semaine des univers bistronomiques différents, l’idée étant de présenter des gens nouveaux en terme d’adresses fraiches de restaurateurs franchement un peu perdus dans le contexte actuel. Mais qui ne l’est pas ?

Tout d’abord invitation à découvrir les crêpes de MadamAnn et la cuisine vegan de Ma Cantine Gourmande, la semaine suivante faisant place à une cuisine fusion aux saveurs asiatiques. Toujours en cours de négociation, la programmation pourrait réserver des surprises. Romain et Benoit sont bluffants qui ont su mener à bien et faire vivre idée dépassant la pandémie. A Jean Macé, ce Territoires là (au pluriel), est un laboratoire d’apprentissage destiné à proliférer sur les terrains oubliés de la SNCF. Quand tout ne va plus très bien, nous avons joie à partager de vraies belles idées.

En résumé :
2 containers à « bien manger »
1 container bar à « boire bon »
Petite restauration locale
1 marché de producteurs 2 fois/semaine

Territoires : 97, avenue Jean-Jaurès (tout de suite après le pont de la gare Jean Macé), Lyon-7e
De 9h à 23h jusqu’à fin octobre