Photos © BS

De notre envoyé spécial Benjamin Solly

Yokohama, Nagoya, Osaka, la mission Asie emmenée par le président du Grand Lyon a passé la surmultipliée pour ses dernières 48 heures en terre nippone, avant de rejoindre la Corée et Séoul.

P1010272

Haie d’honneur et applaudissements. La municipalité de Yokohama a mis les petits plats dans les grands pour accueillir la délégation du Grand Lyon mercredi 17 juillet. Après un départ de Tokyo en bus, la mission Asie a rejoint la ville jumelée avec Lyon depuis 54 ans. Discours puis effusions entre les délégations municipales qui se promettent des retrouvailles rapides. En 2009, Gérard Collomb s’était déjà déplacé pour fêter le cinquantenaire du jumelage dans le cadre des festivités dédiées au 150e anniversaire du port de Yokohama. En 1860, c’est depuis ses docks que sont partis les cocons qui ont sauvé les soyeux lyonnais, victimes d’une épidémie décimant les vers à soie. Après un déjeuner très protocolaire à l’Hôtel New Grand, haut lieu japonais de l’effervescence artistique occidentale au début du XXe siècle, la délégation a pris congé de la maire de Yokohama, Mme Fumiko Hayashi, et de son aréopage municipal.

P1010385

Direction Nagoya en Shinkansen, le TGV japonais survitaminé aux allures d’engin spatial. Un gare de plus à visiter pour la mission Part-Dieu. « On ne peut pas dire que l’on va transposer la totalité du modèle à la Part-Dieu, mais il y a de bonnes idées à piocher », explique Collomb. La plateforme ferroviaire s’apparente, comme ses cousines tokyoïtes, à un immense centre commercial. Mais à la différence des gares nippones visitées, elle est surplombée d’un building de 52 étages. Là encore, dans les hauteurs, les commerces sont partout. Et c’est au 12e étage de cet ensemble immobilier que Paul Bocuse a installé sa brasserie « La Maison », où l’écharpe de l’OL trône en bonne place à l’entrée du restaurant. Passage obligé pour la délégation. Didier Nadal (ERDF Lyon), Philippe Grillot (CCI), François Turcas (CGPME), Jean-Marc Bador (ONL), François Gaillard (Only Lyon Tourisme et Congrès),  Thomas Barrillon et Ronand Goupil (Chemsis), ont pu retrouver un peu de Lyon malgré la distance. La délégation emmenée par « Gares et Connexions » était également de la partie, et retrouvera pour des rendez-vous économiques communs celle du Grand Lyon vendredi à Séoul.

P1010406

Rebelote en Shinkansen jeudi 18 juillet pour rejoindre la ville industrielle de Nagoya, située au fond de la baie d’Ise et qui abrite le siège social de Toyota. Rendez-vous au building Grand Front Osaka pour la visite du « Living Lab » de l’entité Knowledge Capital, à l’invitation de son président Hidéo Miyahara. Cette plateforme de l’innovation et de la robotique regroupe sur un même site chercheurs, universitaires, entrepreneurs et grand public. Un espace où fusionne la science, la créativité et la technologie. Le tout servi encore et toujours par une myriade de commerces qui agrémentent et rentabilisent le lieu. Des robots danseurs – que Collomb incluera au grand défilé de la biennale de la danse en 2014 –  aux gadgets en tout genre, l’ensemble qui attire 120.000 visiteurs par jour tient plus de Disneyland que de la Silicon Valley tant les innovations présentées ne sont que purement récréatives. De quoi encore « piocher des idées » pour l’aménagement de la future Part-Dieu, moins sur les produits présentés que sur l’aspect technologique du quotidien de demain.

P1010594

Côté business avec le Japon, tangible cette fois-ci, les quatre premiers jours de la mission Asie auront permis des rencontres prometteuses. Avec notamment la firme Toray, qui emploie déjà 460 salariés dans les polymères à Pierre-Bénite, et qui se lance désormais dans  la recherche en cancérologie. Lyon et son pôle Santé pourraient devenir un port d’attache européen. Idem pour Daïkin, également spécialisé dans la chimie mais qui vise désormais les produits fluorés. «  Tous ces grands groupes sont entrain de faire de la mutation industrielle », explique Collomb qui les a rencontrés. Le sénateur-maire a également visité Toshiba, qui réalise déjà le projet de « Smart Community » à Confluence pour l’agence japonaise de soutien à l’innovation (NEDO), partenaire du Grand Lyon. « Ils mèneront d’autres projets sur Lyon », promet-il. A quel horizon. «  Cela ne se fera pas en quatre mois », clôt l’édile, satisfait mais peu disert sur ce cas précis.

P1010395

Quelques projets semblent également bien lancés. Du côté de Jtekt, déjà basé à Irigny avec 1700 salariés et spécialiste des pièces automobiles. «  Ils ont resigné avec PSA Peugeot–Citroën pour fabriquer les transmission de la nouvelle Picasso », se réjouit Collomb. Avec la société Mayekawa, spécialisée dans le frigorifique, le projet est même plus avancé. «  C’est une boîte qu’on a prospecté depuis longtemps avec l’Aderly », confirme le président  Jacques de Chilly. Pour son implantation Europe, Lyon est en balance avec la République Tchèque. « Ils ont à faire le choix entre une main d’œuvre bon marché et une main d’œuvre qualifié », résume Collomb. «  Les investisseurs sont parfois freinés par l’image qu’ils ont de la France, des clichés sur les syndicats par exemple », glisse Philippe Grillot. Le président de la CCI ne se fait pourtant pas de cheveux blancs. « Ça c’était avant, mais ils voudront sans doutes des facilités d’implantation », glisse sans naïveté le président de la CCI de Lyon. Business is business !