On en sait plus sur les 100 radars sanction installés dans les rues de Lyon

10 juin, 2022 | DERNIERE MINUTE | 2 commentaires

Texte : Marco Polisson. Le projet d’implantation d’une centaine de radars sanction dans les rues de Lyon, révélé par l’association 40 Millions d’automobilistes début mai… avance à pas feutrés. On vous explique pourquoi.

Reprise par de nombreux médias, cette information a déclenché la colère des automobilistes sur les réseaux sociaux, surtout quand on a cru comprendre que les écologistes Bruno Bernard et Grégory Doucet étaient planqués derrière cette énième mesure punitive. Nous nous sommes donc rapprochés de la Préfecture du Rhône pour en voir le cœur net. Est-ce l’Etat qui est à l’initiative de ce projet, le finance et le pilote, ou est-ce la Ville de Lyon et sa grande sœur la Métropole ? Alors que le pays traverse une crise inflationniste sans précédent depuis les années 80, et que la dette de la France (2 813 milliards d’euros) a dépassé le montant du PIB, le gouvernement compte-t-il vraiment engager de telles dépenses ?

Le prix d’installation d’un radar fixe est de 35 000 euros, soit un budget de 3 500 000 euros !

Trois millions d’euros ont déjà été dépensés par la Métropole de Lyon pour la mise en place de la zone 30, les rues de Lyon sont désormais constellées de marquages au sol et de panneaux de signalisation, plus laids les uns que les autres, et voilà qu’on va voir arriver dans le paysage une centaine de radars fixes ! Et pourquoi pas des radars tourelles avec option éoliennes intégrées ? A ces questions, les services de la Préfecture nous ont répondu de façon très laconique avec une volonté manifeste de ne pas s’attarder sur ce sujet brûlant. Oui, c’est bien « l’Etat qui finance et attribue les radars ». Leur implantation se fait « en lien avec les collectivités concernées », mais pas question de dévoiler le nombre exact des lieux d’implantation « dans la mesure où l’expérimentation n’est pas encore achevée ».

Les écologistes lyonnais qui n’en demandaient pas tant (ils s’étaient fixé l’objectif de 90 radars) se frottent les mains. Eux qui rêvent depuis le début du mandat de fliquer tous les automobilistes en implantant des radars à toutes les entrées de la ZFE voient leur funeste projet servi sur un plateau… par leur principal opposant politique, le gouvernement d’Emmanuel Macron ! Les candidats de la Nouvelle Union populaire mélenchoniste et de la majorité présidentielle macroniste rassemblés dans la répression des automobilistes et des motards (le contrôle technique va devenir obligatoire pour les scooters et les motos à partir du 1er octobre 2022), voilà une union contre nature qui devrait faire réfléchir plus d’un électeur…

<a href="https://www.lyonpeople.com/author/marco" target="_self">Marco Polisson</a>

Marco Polisson

Rédacteur en chef
Co-fondateur du magazine.
En charge de la rédaction et responsable des partenariats.
Délégué à la protection des données RGPD

2 Commentaires

  1. Francois-Xavier

    Quel rapport avec l’inflation?
    C’est un droit de ne pas respecter les limites de vitesse?

    Réponse
    • marco

      Cher lecteur,
      En période de crise, utiliser l’argent du contribuable à bon escient est un devoir.

      Réponse

Soumettre un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Cliquez ici pour SIGNALER UN ABUS
Vous pouvez nous adresser un email afin de signaler un contenu. Merci de préciser l’adresse de la page dans votre email. Votre signalement sera pris en compte au plus tôt.

Aujourd’hui

lundi 15 avril

Saint Paterne


Recevez la newsletter

Restez informé en temps réel !

View More Results…