Photo © Fabrice Schiff

Par Benjamin Solly

La vétérinaire du cirque Pinder veut procéder mardi 4 février 2013 à de nouveaux tests sérologiques sur les deux éléphantes du parc de la Tête d’Or, menacées d’abattage car soupçonnées d’être porteuses du gêne de la tuberculose. La préfecture du Rhône refuse.

Si le ministère de l’Agriculture a été informé de la démarche de Florence Ollivet-Courtois et du cirque Pinder, la préfecture du Rhône annonce avoir découvert via l’AFP ce nouvel épisode du feuilleton Baby & Népal. « Il ne saurait être question d’autoriser un prélèvement dans la précipitation », indiquent, par voie de communiqué, les services préfectoraux.

« La moindre des politesses aurait été de formuler cette demande (…) à ceux qui ont la garde des animaux, à savoir la Ville de Lyon et la préfecture », ajoutent-ils.

Pour la préfecture du Rhône, il est techniquement impossible de réaliser ces tests mardi. « Ce type de prélèvement se prépare puisque les éléphantes doivent être impérativement à jeun. Ce qui ne sera pas le cas demain (mardi), car Baby et Népal ont été nourries ce soir (lundi). »

Le préfet Jean-François Carenco ne ferme toutefois pas la porte. «Rien ne s’oppose à ce qu’une demande en bonne et due forme soit déposée (…) Le ministère de l’Agriculture fixera les conditions de l’analyse de ces éventuels prélèvements. »

Toutefois, la réponse opposée par les services ministériels au collectif citoyen «Sauvons Baby & Népal », par courrier en date du 31 janvier, laisse peu d’espoir quant à la pratique de nouveaux prélèvements pour déterminer avec certitude l’infection des deux bêtes.

Les deux pachydermes font l’objet d’un arrêté d’abattage en date du 11 décembre dernier, qu’étudiera le Conseil d’Etat le 20 février prochain.