Par Lucas Mollard

Soutenir les nouveaux esprits créatifs de la ville, telle est la volonté de trois amis avec le concept omart. Aux jeunes artistes lyonnais, l’opportunité d’acquérir plus de notoriété grâce à la participation d’entreprises.

Il fallait y penser ! Le 6 janvier 2020, le trio d’amis Audrey Thirial, artiste et designer, Romain Teichner, directeur artistique chez Metronomi et sa muse Gaëlle Viegas, communicante de la même agence, a donné naissance au projet omart, contraction de home et art. L’objectif ? Mettre en lumière les nouveaux talents artistiques de la ville en présentant chaque mois un artiste (soit à l’année une palette de 12). Peintre, muraliste, photographe, illustrateur ou encore street-artiste, tout le monde a sa carte à jouer !

Un homard en guise de CV

Avant de voir ses œuvres exposées dans l’omarterie, située à deux pas de l’Opéra, chaque participant est tenu d’envoyer une œuvre originale sur le homard (jeu de mot qui fait allusion au concept), ainsi que cinq de ses créations. Les artistes doivent ensuite faire leurs preuves devant un jury représenté cette année par le président d’ATS Studios Alain Coulas, Luc Bergeron (Olympique Lyonnais), Jean-Christophe Terrier (Eiffage), Karine Beaugiraud, Sébastien Meynet, l’entreprise Konex, Maitre Benjamin Legroux ainsi que les trois membres fondateurs.

« Soutenir un collectif par le biais de l’entreprise »

La petite équipe a également imaginé un abonnement mensuel (de 50 à 130 euros) destiné aux entreprises. Selon le budget de ces dernières, il leur est possible de recevoir tous les mois une ou trois reproductions à « un prix très attractif », convient Gaëlle Viegas. A cette heure, déjà 30 entreprises ont accepté l’offre mais c’est sans compter sur l’ambition des trois amis : « l’objectif est d’atteindre 400 points d’accrochages d’ici la fin de la saison », affirme la jeune communicante.

Le début d’une belle aventure

Après Gol3m, jeune peintre mural, Mlne Roy a investi la petite galerie pour proposer son art suranné voir anachronique. La jeune femme tout juste sortie des Beaux-Arts, a fait ses armes à Emile Cohl. Depuis le vernissage qui a lieu le premier mardi de chaque mois, ses œuvres sont à découvrir à l’omarterie. Le local déménagera d’ailleurs en face du vieux Lyon et viendra ainsi border la Saône en mars prochain.

36, rue de l’Arbre Sec – Lyon 1
Future adresse : 10 quai des Célestins – Lyon 2