Par Anna Pellissier

Après le départ de Catherine Marchand, co-fondatrice de Jours de Printemps, la société lyonnaise de services tourne une page de son histoire. De manière à poursuivre son développement, l’enseigne dirigée par Blandine Peillon s’est associée à l’agence parisienne Marianne International, désormais majoritaire.

« Cela va nous permettre de nous développer dans la région parisienne et ainsi élargir nos horizons ». Un horizon plus clair, et sûrement plus doré, vers lequel souhaiterait voguer Blandine Peillon, aventurière dans l’âme et ultime maillon de Jours de Printemps, cette société qu’elle a créée en 2008, avec l’aide de son associée de toujours, Catherine Marchand.

Cette dernière – séduite par les chants du départ et de la retraite -, ayant plié bagages, l’enseigne lyonnaise s’apprête à revoir sa copie, excitée par le vent de la nouveauté qui embaume cette entreprise de 130 salariés.

Spécialisé dans les services pour… les entreprises, l’accueil et la conciergerie, Jours de Printemps se laisse donc aller au développement. Et à l’expansion, ailleurs, à Paris, un souhait longtemps formulé par Blandine Peillon et son enseigne, attirées par l’envie d’explorer un nouveau marché, et ce, même si le siège de l’entreprise demeure entre Rhône et Saône.

Découvrir de nouveaux marchés, tout en demeurant à Lyon

Il n’empêche, le départ de la co-fondatrice, Catherine Marchand, a donc permis d’accélérer le processus, alors que cet exode laisse entrevoir des jours nouveaux. Un paysage inexploré, que Jours de Printemps s’apprête à découvrir autrement. Remodelée, les parts de Catherine Marchand ayant été cédées à Marianne Internationale.

L’enseigne basée dans le 15e arrondissement de Paris, et dirigée par Alain Chalon, en profite pour devenir actionnaire majoritaire, à hauteur de 70% (les 50% de Catherine Marchand et 20% des parts de Blandine Peillon, ndlr). Elle réalise un CA de 15 millions d’euros auxquels viennent s’ajouter les 5 millions d’euros de Jours de Printemps.

L’objectif ? Développer et lancer un nouveau métier afin de proposer un mixte entre accueil, conciergerie, et community-management, alors que deux emplois supplémentaires seront créés à l’occasion : un poste de responsable de communication et chargé de clientèle, et un poste dédié à l’accueil en entreprise.

Une chose est sûre, à peine entamée, l’idylle entre les deux entités semble démarrer de la meilleure des manières, les deux agences partageant les mêmes valeurs : développer des solutions humaines pour répondre aux problématiques des entreprises, la proximité, l’enthousiasme, l’humanité ou encore le professionnalisme, faisant partie intégrante des commandements de cette nouvelle union.