Par Morgan Couturier

Initié en 2009, Invefi Lyon s’efforce depuis onze ans à trouver la meilleure solution de financement pour les acquéreurs en quête de biens immobiliers.

Une mission parfois complexe qui ne semble pas effrayer Franck Girardet et Henrik Wambergue, un duo complémentaire stimulé par la satisfaction de leurs clients. Un parti-pris payant pour cette agence lyonnaise, de plus en plus recommandée.

Le monde est ainsi fait, écrit Christian Jacq, il se partage en deux catégories : ceux qui peuvent acheter et les autres. Les autres, ce sont ces clients, qui rejetés par les banques, voient leurs rêves d’accession souvent réduits à peau de chagrin. Ou presque. Car rien n’est jamais perdu et l’espoir a pour enseigne les courtiers immobiliers.

Mieux, rue Boileau, à deux pas des effluves du restaurant Pierre Orsi, l’agence Invefi Lyon s’en est fait une spécialité. Une recette maîtrisée sur le bout des doigts par le duo formé par Franck Girardet et Henrik Wambergue, galvanisé par ce principe sacré du métier : trouver la meilleure solution de financement pour les clients qui souhaitent acheter.

« Avec les banques, plus tu as de revenus, plus les taux sont bas »

« On fournit à nos clients une prestation clé en main. Le but, c’est qu’ils n’aient strictement rien à faire et qu’ils aillent à la banque juste pour signer les papiers », décrit Franck Girardet, dont la capacité à détendre l’atmosphère est décisive sur les dossiers les plus complexes, sa spécialité.

« J’ai plus de satisfactions à réaliser un dossier compliqué qu’un dossier facile. Il y a un côté jouissif. C’est plus valorisant de permettre l’accès à la propriété à quelqu’un qui partait négatif », expose ce passionné de ballon rond qui, dans sa quête, se retrouve dans cet adage, selon lequel « à vaincre sans péril, on triomphe sans gloire ».

Là, n’est pas le but d’Invefi, mais avec près de 120 dossiers par an, l’agence nichée rue Boileau, est parvenue à se greffer au cœur de cette machine infernale où chaque acteur y trouve son compte. « Nous on est gagnant, le banquier aussi et le client a trouvé la meilleure solution par rapport à son projet. Au-delà de ça, on est aussi utile aux notaires et aux agences immobilières. Ça permet de valider leurs ventes. En résumé, on est un peu les aiguilleurs », détaille Henrik Wambergue, fin connaisseur d’un marché immobilier toujours apte à gonfler ses prix (voir encadré).

Accompagner le client tout au long du projet

« Les banques ont trop prêté en 2019 et aujourd’hui, c’est plus compliqué. C’est devenu quasiment impossible de trouver un financement pour une personne qui n’a aucun apport », poursuit Henrik Wambergue. Pourtant, impossible n’est pas lyonnais pour ce duo, qui malgré certains refus, trouve encore du plaisir à travailler avec certaines banques. Et à parvenir à ses fins.

« Après, il y a des gens qui ont le choix et d’autres qui n’en ont pas. Mais le principe, c’est vraiment de les accompagner tout au long du projet. On tient le client par la main. Il peut nous poser toutes les questions qu’il veut par rapport à l’offre », souligne Franck Girardet.

Ainsi soit-il, toute interrogation ayant une réponse, Invefi Lyon se plaît à la trouver. Une volonté aujourd’hui récompensée par une forte notoriété développée entre Rhône et Saône. « Nombreux sont nos clients qui nous recommandent à leur famille, à leurs amis, parce qu’ils se sont sentis écoutés, suivis », se réjouissent les deux courtiers.

Preuve qu’en 2020, à paraphraser une célèbre émission de télé : chez Invefi Lyon, l’amour est dans le prêt !

> En savoir plus : www.invefilyon.com