Photo © Fabrice Schiff

Par Benjamin Solly

A l’occasion de ses vœux à la presse lundi 21 janvier 2013, le sénateur-maire de Lyon à laissé entendre que le temps de la campagne municipale n’était pas encore venu.

Faudra-t-il attendre les vœux de 2014 pour que Gérard Collomb enfile son costume de candidat à sa réélection ? On chauffe ! Si l’édile lyonnais ne s’est pas montré très disert sur son futur calendrier d’entrée en campagne municipale lors de ses vœux à la presse, il a toutefois (habilement) laissé échapper quelques indices.

« Je serai maire au moins jusqu’en janvier prochain » a-t-il seulement laissé entendre. Il faudra donc s’attendre à une campagne éclair du sortant, qui brigue un troisième mandat consécutif.

Le futur scrutin municipal, Collomb l’aborde « sans inquiétude. » « Mais il ne faut pas être négligent », prévient-il, même s’il estime son « ancrage local plus fort » qu’au sortir de son premier mandat.

Sa méthode de campagne tiendra en deux mots : bilan et perspective. « Il faudra rappeler aux lyonnais ce que nous avons fait pendant plus de dix ans, mais également porter des projets d’avenir. » « Aller de l’avant », conclut-il.

Sur la composition de ses futures listes, Gérard Collomb oppose un sourire malicieux. « Elles auront la couleur de Lyon, elles seront jeunes et dynamiques », concède-t-il, sans en dévoiler plus. Son discours de vœux à la presse, axé sur les enjeux économiques et sociaux, laisse à penser que les acteurs de ces milieux spécifiques pourraient bien se tailler la part du lion sur ses listes.

Une certitude, l’adversité n’empêche pas Collomb de dormir. « Je me contente de noter l’augmentation du nombre de candidats en face de moi, un jour Buffet, un jour Fenech », tacle-t-il sur sa droite. Il aurait pu ajouter à la liste Nora Berra, Michel Havard et Emmanuel Hamelin, l’UDI ou les Modérés de Lyon emmenés par Eric Lafond.

A l’attention des Verts, qui reprendront leur autonomie au premier tour, il se fait raffarinesque. « J’en vois beaucoup qui se dispatchent de mon côté. Peut que ceux qui se dispatchent du mauvais côté seront si peu nombreux qu’ils finiront par se dispatcher définitivement. »