Par Morgan Couturier et Marc Polisson

Mis à jour avec infos obsèques. Initiateur de nombreux projets dans la capitale des Gaules, l’ancien député européen Henry Chabert est décédé ce mardi 18 janvier 2017, à l’hôpital Léon-Bérard, des suites d’un cancer. Il avait 71 ans.

La triste nouvelle est venue de sa belle-fille, Anne-Caroline Jambaud. Atteint d’un cancer, ce proche de Michel Noir dont il fut l’adjoint est « décédé subitement » en début de soirée. À Lyon, sa disparition a provoqué un profond émoi, à commencer par son « filleul » Emmanuel Hamelin qui pleure l’ami qui l’avait lancé en politique : « les Lyonnais lui doivent beaucoup, et il va nous manquer ». Chez les Républicains, Philippe Cochet salue un « homme exceptionnel ». La ministre de l’Education, Najat Vallaud-Belkacem vante un homme « apprécié pour ses qualités personnelles et humaines » ayant « marqué la vie politique de l’agglomération lyonnaise ». Est-ce sincère, à vous de juger…

Étiqueté UMP, ce Stéphanois de naissance laisse donc une trace indélébile entre Rhône et Saône. Conseiller municipal de Lyon de 1983 à 1989, il réussit à monter en grade, devenant le premier adjoint de Michel Noir (1989 – 1995) puis adjoint à l’urbanisme de Raymond Barre (1995 – 2001). A ce titre, Henry Chabert a contribué avec succès à l’embellissement de la ville, lançant entre autres, le projet de la Cité Internationale, l’aménagement de nombreux parcs urbains (parc des Hauteurs, de Gerland et de la Feyssine) avant de mettre en œuvre le premier plan Lumière de France en 1989. Puis de contribuer à l’instauration de la Fête des Lumières en 1998. Élu député européen de 1989 à 1994, il s’est longuement attaché, en parallèle, aux relations extérieures, veillant notamment au bon déroulement de la réunification allemande.

Un parcours jusque-là sans faute qui aurait dû le mener au fauteuil dont il rêvait depuis toujours : celui de maire de Lyon en 2001. Alors qu’il avait réussi à sortir indemne de l’affaire Noir-Botton qui anéantit Michel Noir, le voilà rattrapé par la patrouille « des affaires ». Sa carrière se brise dans sa maison de campagne dont il confie les travaux à des entreprises qui travaillaient également pour la SACVL. Henry Chabert est mis en examen pour recel d’abus de biens sociaux et suspendu de ses fonctions par Raymond Barre… ce qui sonne le glas de sa carrière politique. L’ancien Premier Ministre offre la ville sur plateau à Gérard Collomb. « Une connerie » qu’il évoque sans langue de bois dans son interrogatoire à KGB, mené par Lyon People, le 29 août 2000. Un entretien qui résonne aujourd’hui comme son testament politique.

Convalescent, il tente un retour aux affaires en concourant pour le poste de maire de… Villeurbanne en 2008, car Lyon est promis à Dominique Perben. Mais son échec met un terme à sa carrière politique. Se contentant dès lors à prodiguer de précieux conseils, toujours en matière d’éclairage urbain, de lumières – notamment à Marrakech – et d’urbanisme, Henry Chabert se faisait plus discret. Jusqu’à cette soudaine disparition…

L’équipe de Lyon People adresse ses sincères condoléances à son épouse, ses enfants, ses petits-enfants et ses proches, tout particulièrement Sandrine.

Obsèques
La messe de funérailles sera célébrée lundi 23 janvier 2017 à 10h en la primatiale Saint Jean