Photo © Fabrice Schiff

Par Yves Espaignet

Il est impatient de voir s’ouvrir les portes de la première Biennale européenne de l’artisanat car l’événement a pour ambition de révéler les atouts d’un univers économique clé pour la métropole.

Alain Audouard, président de la Chambre des Métiers de l’Artisanat du Rhône tient à marquer le 80ème anniversaire de l’institution qu’il anime avec détermination par un temps d’exception, résolument tourné vers l’avenir. Le grand public pourra apprécier les savoir-faire exigeant d’allier esprit d’innovation et respect des traditions, découvrir de véritables ateliers de création au sein de quatre espaces dédiés aux saveurs (métiers de bouche), à la construction, la fabrication et aux services. Une « avenue des artisans d’art » traversera l’ensemble de l’exposition rassemblant plus de 200 métiers : « Nous aurons là, une magnifique vitrine de l’artisanat, affirmant notre attachement au « bel ouvrage ». » Dans la fidélité aux valeurs de transmission des savoirs, cette biennale comprend également l’accueil de plusieurs dizaines d’apprentis européens : « cette lourde initiative par sa dimension s’inscrit dans notre projet de faire reconnaître un contrat d’apprentissage européen, une logique comparable à celles des étudiants. En effet, les échanges permettent la pratique d’autres techniques et assurent un enrichissement professionnel. » Et Alain Audouard de se féliciter de l’écho rencontré localement pour mobiliser des maîtres de stage et des centres de formation accueillant ces jeunes. La Chambre des métiers et de l’artisanat du Rhône est ainsi restée fidèle à une ligne de conduite affirmée dès 1956 par un premier échange d’apprentis avec Cologne.

Cette « façon d’être » s’exprime parfaitement dans la volonté partagée de transmission des connaissances. « J’aime rappeler que l’artisan n’hésite pas à prendre un apprenti, à le former au risque d’avoir plus tard un concurrent mais il s’agit le plus souvent d’un repreneur potentiel, assurant un renouvellement de générations. » La revalorisation des métiers de l’artisanat, engagée par la campagne « la première entreprise de France » est confirmée par la croissance du nombre d’entreprises, une dynamique nullement altérée par la crise de 2008 . « A la fin de cette année, nous compterons dans le Rhône près de 30.000 établissements, générant plus de 65.000 emplois » insiste Alain Audouard. Elles assurent également la formation de 4.800 apprentis dont « 95% trouveront un travail. » Cette vitalité économique ne s’explique pas seulement par le fait trop réducteur du principe de l’artisan « créateur de son propre emploi  » mais par la capacité à occuper des espaces de production et de services. Pour asseoir sa démonstration, le président de la Chambre souligne que dans les domaines dits de haute technologie, des artisans interviennent avec des réussites exemplaires. Certains sont reconnus internationalement car ils ont mis au point des procédés sans équivalent. « Nombre de grandes entreprises font appel à eux car ils apportent des réponses rapides à leurs problèmes techniques. » Et de citer également l’inscription comme artisan de chercheurs biologistes. Cependant, l’univers de l’artisanat évolue tout en préservant sa « façon de vivre », celle de maintenir un patrimoine de métiers.

Le Rhône compte 70 entreprises artisanales détentrices du label EPV (entreprise du patrimoine vivant) dont le chocolatier Voisin. Autant d’ambassadeurs du « bel ouvrage ».

La première Biennale européenne de l’artisanat se déroule du 20 au 23 novembre 2014 au Centre des congrès de la Cité Internationale. Le Commissaire de la manifestation est Gabriel Paillasson.