rinck Par Alain Vollerin

 

Une foule très dense se pressait en cet après-midi ensoleillé de janvier, dans ce palais de Bondy magnifiquement imaginé par Eugène Huguet. Les grandes verrières laissaient passer une lumière zénithale proche de la perfection.

 

Nous avons attendu vainement l'adjoint Patrice Béghain, qui la veille avait annoncé son retrait. Ce salon, par l'engagement de Monique Lainé-Ferréol et de Daniel Petit, offre à de nombreux jeunes artistes souvent venus de la méritante Mapra, un sérieux tremplin. Nos félicitations à Christine Heppé, peintre de la Réalité, pour l'accrochage d'une agréable limpidité. Nous avons remarqué les réels progrès de Claude Martinet, la détresse du cancre, si bien traduite par un disciple du dessin Claude Avias, la ville tourbillonnante de Macha Belsky qui domine son sujet, la rigueur et le métier de Michel Bonnefoy dont les coupes servent une belle idée de la pureté ce qui relève le niveau bien moyen des sculpteurs présents, Jean-Yves Bruyère qui ose la couleur, Jean-Pierre Eygonnet qui introduit l'actualité dans son œuvre portée par l'influence d'Atlan et de Poliakoff, Janie Petit de plus en plus à l'aise avec la couleur face à la Nature, cette année les envois de Lara Rolland sont particulièrement remarquables, elle a ce qu'il faut pour dire l'œuvre qu'elle porte depuis des années, mais surtout, il faut relever la spontanéité de Jean-Jacques Rinck, ce beau gosse amateur de belles choses, est un cœur pur qui en peinture s'exprime sans détours. Il doit poursuivre dans l'expression de ses têtes qui font un peu penser à Jean Dubuffet. Il a obtenu le prix du Thème, et nous le félicitons. Ce salon mérite votre visite…

 

Jusqu'au 1er février 2008

 

Palais Municipal – 20 quai de Bondy – 69005 Lyon