Par Marc Polisson et Morgan Couturier

Pensionnaire du Chabichou depuis 1987, le Meilleur Ouvrier de France 2004 a reçu devant ses pairs, la médaille de l’ordre du mérite, récompensant son incroyable parcours dans les cuisines de la station savoyarde.

Il a essayé de les retenir, comme l’ensemble de sa famille, mais les larmes ont fini par couler, comme tombe la neige en Savoie. Il faut dire que le MOF 2004 n’a pas été aidé par son mentor, le chef Michel Rochedy, particulièrement prolixe en compliments, au moment de lui remettre cette honorable distinction. Parce que cette médaille de l’ordre du Mérite, Stéphane Buron « la mérite vraiment », dixit celui qui en 31 années de vie commune, « a découvert un fils spirituel » dont il n’est « pas peu fier ».

Il faut dire que la carrière de Stéphane Buron parle pour lui, enfant de la Lorraine, passé par la Floride ou l’Hôtel Martinez de Cannes.

Des « étapes réussies », avant son installation au Chabichou, où il gravira « toutes les marches, du petit commis au grand violon ». Depuis, jamais « aucun nuage, ni asticotage », sont venus ternir la relation entre les deux hommes. La prise de pouvoirs de Jean-Claude Lavorel ne devrait rien n’y changer, lui qui a « perçu un homme de valeurs » derrière ce grand colosse. Les souvenirs sont éternels, et la médaille a déjà fait naître les premiers engagements entre « père et fils » : « Nous vous devons beaucoup et je vous le promets, on ne vous oubliera jamais ».


Chabichou – Courchevel
Lundi 17 décembre 2018