01.jpg Photos © Fabrice Schiff

 

Par Marc Polisson

 

Le chef des Echets a convoqué la grande famille de la gastronomie lyonnaise à l’heure du déjeuner pour assister à la remise de ses insignes de chevalier dans l’Ordre de la Légion d’Honneur par le général Patrick Lefebvre.

 

02.jpg

Connaissant la passion dévorante que porte Christophe Marguin aux médailles, on ne peut qu’imaginer la jubilation de celui qui arbore déjà les insignes de chevalier dans l’ordre national du Mérite (2007) et d’officier du Mérite agricole (2009). « C’est l’endroit où il fallait être aujourd’hui » dixit Jean-François Carenco devant les plus hautes personnalités de la ville, soulignant ainsi (involontairement ?) l’incongruité de l’absence de Gérard Collomb « mal conseillé par son cabinet » selon une de ses proches. Et le préfet – qui n’avait pas préparé son speech – de décliner le mot richesse à toutes les sauces pour encenser l’heureux récipiendaire aux joues rosies. « Créateur de richesse », « créateur artistique »… sans oublier bien sûr le très administratif « créateur de lien social ». « Vous pouvez être fiers de votre petit ! » conclut-il en s’adressant à Jacky et Adrienne.

 

03.jpg

« Trop fort le Marguin ! Il a réussi à trouver un général dans sa famille ! » me chuchote un journaliste aguerri aux mondanités. C’est en effet à son cousin Patrick Lefèbvre, deux étoiles de Division Aérienne, que revient la responsabilité de lui accrocher la croix de chevalier et son ruban bleu blanc rouge (enfin !) au revers de sa veste de cuisinier. « Avant même de lire son discours ? » s’interroge Monsieur Paul, toujours soucieux du protocole. « Ton parcours est exemplaire et éloquent ! C’est notre gastronomie, celle qui traduit l’âme de la Nation française qui est récompensée aujourd’hui ! » assure ensuite le général devant une escadrille de 250 convives.

 

04.jpg

Quand le Marguin prend la parole, on le sent planer et non crâner, comme à son habitude. Emu. Certes, il n’en est pas à sa première breloque comme nous l’avons rappelé plus haut, mais force est de constater qu’elles lui font toujours autant d’effet. Une émotion qu’il dissimule sous une épaisse couche d’humour : « Comme François Hollande n’a pas pu venir, je remercie le président de la République de Montmartre d’être présent ! » tout en rappelant que c’est grâce à Nicolas Sarkozy qu’il est décoré aujourd’hui. « A ceux qui sourient et se demandent pourquoi je l’ai eue, je leur répondrai que c’est au titre du ministère de l’Economie. Et que si ça avait été au titre du ministère de l’Agriculture, j’en aurais été également très fier ! » balance le co-fondateur des brasseries 33 Cité à l’attention de ses habituels torpilleurs.

 

Et de s’employer à décorer sur le champ son fils Victor « le premier Marguin à avoir son bac », puis à féliciter Gaspard « qui pétille et qui prendra sans doute ma suite ». Le meilleur pour la fin, avec les remerciements d’usage – mais diablement mérités – adressés à son épouse Nicole « en lui témoignant ma reconnaissance pour sa patience à mon égard ». Rien que pour ça, elle mériterait une médaille !

 

 

La projection diapos, c’est maintenant !


Page suivante


Introduction -
1
-
2
-
3
-
4
-
5
-
6
-
7
-
8
-
9
-
10
-
11
-
12
-
13
-
14
-
15
-
16
-
17
-
18
-
19
-
20
-
21
-
22
-
23
-
24
-
25
-
26
-
27
-
28
-
29
-
30
-
31
-
32
-
33
-
34
-