Les panneaux publicitaires vantant les mérites et l'allant de la mairie centrale continuent de fleurir à tous les coins de la ville au mépris de la loi qui interdit toute communication politique dans les six mois précédents les élections. Pour occuper le terrain, on a imaginé une étonnante « Présentation de la garde républicaine » et ne rigolez pas une « fêtes des feuilles ». Alors là ! Chapeau ! Il fallait y penser. Il y a longtemps que notre équipe municipale confond communication et propagande. Mais là ils font fort. L'opposition, comme à son habitude ne trouve rien à redire. On est pourtant loin des promesses du candidat Collomb en 2001, quand il affirmait vouloir en finir avec ce genre de dépenses narcissiques pour mieux investir sur la promo de Lyon, en France et à l'international. Mais n'est pas Barre qui veut, et « le pouvoir corrompt » dit la sagesse populaire. Et comme on le sait, le peuple a toujours raison.

 

BIENNALE EN DEROUTE

Non ce n'est pas une contrepèterie. C'est la triste réalité d'une biennale d'Art Contemporain qui est en train de faire eau de toutes parts. Même les enfants des écoles, amenés de force, traînent les pieds. Critiques d'avant garde et balourds dans mon genre sont pour une fois d'accord pour démolir ce veau d'or à deux sous. On aura compris que cette nouvelle ne m'attriste pas. Voilà un bon sujet pour le candidat Dominique Perben qui cherche des idées rassembleuses pour compléter son programme. Et si on en finissait une bonne fois pour toute avec non pas l'Art Contemporain, mais avec l' Art officiel confié aux mains manucurées de nos petits marquis de la rue de Valois, et de leurs affidés locaux, qui à force de se reproduire en parfaite autarcie accouchent d'un Art dégénéré. Pour s'attaquer à ce fortin inexpugnable, il faut du courage. Dodo l'aura-t-il ? Nous ne devrions pas tarder à le savoir.

 

TEMPS DE COCHON

Décidément ce pauvre Max Vincent, dit le grand déboiseur ou encore le « Terminator » des Monts d'or (la rime est plus riche) n'a pas de chance. On sait que les habitants de Limonest et des environs lui reprochent déjà beaucoup de choses -à juste raison- mais vlà-t-y pas que depuis quelques jours, des hordes de sangliers dévastent les jardins des maisons du coin. Y compris dans les lotissements. Vous me direz que ce pauvre Max Vincent n'est pour rien dans cette prolifération de cochons sauvages. Sans doute. C'est d'ailleurs ce qu'il répond. C'est sa ligne de défense pour justifier tous les disfonctionnements qui se multiplient dans sa commune qui n'en finit pas de s'enlaidir depuis qu'il est aux affaires. Pour ce qui est des sangliers, on est pourtant en droit de se demander si les errements urbanistiques de cet apprenti-sorcier qui aime davantage les promoteurs que les espaces verts, ne sont pas responsables de cette nouvelle nuisance. On peut se demander également si à force de modifier ce qui était, il y a peu, le poumon du Grand Lyon, à coups de « polygones d'implantation » et de permis de construire douteux, on n'a pas créé les conditions pour que les sangliers viennent se venger en saccageant les terrains qu'on leur a confisqués. On peut espérer que les électeurs profiteront des prochaines échéances pour se venger à leur tour et se protéger ainsi du Terminator.

 

SECTARISME

J'ai entendu, l'autre jour, plusieurs notables de gauche et leurs porte-paroles médiatiques massacrer Laporte coupable d'être sarkozyste. Décidément les fachos sont plus souvent à gauche qu'à droite. Nos belles consciences de gauche s'offusquaient de ce qu'ils appellent le « mélange des genres ». On ne les avait pas entendu quand Bernard Tapie et autres Pelat fréquentaient les allées du pouvoir mitterrandien. Ou, quand Calmat et autres Bambuck, célébrités sportives étaient devenus ministres des sports. « Oui, mais Laporte n'est pas honnête », s'écrient nos édiles. Bigre ! Comme vous y allez ! A ce jour rien n'est prouvé. Alors que les mêmes se taisaient ou justifiaient avec des arguties pitoyables les comportements pourtant condamnables des Dumas, Nucci, Emmanuelli, ou encore J.C Mitterand ou cet ancien maire d'Angoulême dont j'ai oublié le nom. Ils ont pourtant tous été condamnés par la justice. Laporte, pendant dix ans a été porté aux nues par tous. Comme Pascal Sevran, Johnny, Bigard et quelques autres, aujourd'hui les voilà pestiférés – coupables de tout – parce qu'ils ont avoué avoir un faible pour le vilain Sarko. Ce sectarisme de gauche m'effraie autant qu'il me dégoûte.

J'ai connu jadis des gens de gauche plus fréquentables parce que moins sectaires et moins médiocres. J'en connais encore quelques-uns aujourd'hui qui ont honte des discours fachos de leurs camarades. Mais pourquoi restent-ils si discrets au point de se discréditer à leur tour ?