Par Marco Polisson

La vidéo du pillage de la boutique Lacoste, située rue Edouard Herriot dans le centre-ville de Lyon, après la victoire des Bleus en coupe du Monde, a été visionnée plus de 830 000 fois. Et suscité de nombreuses interrogations.

Dimanche 15 juin, 23h30. Alors que des affrontements entre forces de l’ordre et casseurs plombent la victoire de l’équipe de France, une vidéo live de la page Facebook « En cause » fait le buzz sur la toile. Pendant de longues minutes, on y voit de jeunes banlieusards et même des cyclistes en Vélo V, à visage découvert, pénétrer dans la boutique Lacoste dont la vitrine a été brisée et ressortir les bars chargés de polos griffés dans une sorte d’allégresse mêlée d’excitation malsaine. Et sous les applaudissements des spectateurs…

Aucun képi à l’horizon pendant toute la scène de pillage alors que nous sommes à 100 mètres de la place Bellecour… Déclenchée par les commerçants excédés et les maires du 2ème et du 6ème,  la polémique a rapidement pris le relais de la liesse populaire. Le maire de Lyon et le préfet ont été critiqués, le premier sur sur la gestion de l’évènement et le second sur l’impunité des casseurs. Interrogé par Lyon People, le cabinet du préfet se défend de tout laxisme et assure que les forces de l’ordre ont réagi très vite :

« Il s’est passé 7 minutes entre le fait que la vitrine soit brisée (23h35) et la première interpellation (23h42) ; il s’agit d’un délai court contenu du déploiement des forces de l’ordre qui intervenaient et devaient faire face à des jets de projectiles sur d’autres secteurs de la rue de la République et sur les quais et leur difficulté de progresser alors qu’il restait encore du monde qui faisait simplement la fête.

Par ailleurs, 10 personnes ont été interpellées dans ce contexte précis, tous les majeurs (8) ont été condamnés ce mardi en comparution immédiate (une peine de jour amende, 7 peines de prison dont trois fermes avec mandat de dépôt). Plusieurs enquêtes en préliminaire sont ouvertes et toujours en cours pour identifier d’autres auteurs sur l’ensemble des faits de la soirée. »

Dont acte. La police parviendra-t-elle à identifier les adeptes du shopping-basket dont les visages apparaissent sur les caméras de vidéo surveillance de la Presqu’ile ? A suivre…