bret Dès qu'il voit une caméra, le maire de Villeurbanne entre en transe

 

Par Marc Polisson

 

Le maire de Villeurbanne a annoncé mercredi son soutien à Bertrand Delanoë pour le congrès de Reims, après s'être rangé au départ derrière son voisin Gérard Collomb, maire de Lyon.

 

"Je crois que ce parti a besoin d'un chef, de quelqu'un qui puisse parler en son nom. Il me semble que Delanoë est en situation de pouvoir le faire", a affirmé le maire de Villeurbanne. Signataire comme de nombreux élus de la contribution au congrès de Gérard Collomb et Jean-Noël Guérini, axée sur le refus de désigner un présidentiable à la tête du parti, M. Bret a estimé que ce regroupement n'avait pas "vocation à perdurer". Le maire de Villeurbanne a indiqué que le soutien de François Hollande au maire de Paris avait pesé dans la balance. "François Hollande a rejoint Delanoë, ça compte", a justifié Jean-Paul Bret qui fait feu de tous bois pour tenter d'exister sur la scène régionale. A la rentrée, il était intervenu avec sa casquette de vice-président du Grand Lyon pour faire passer la limitation de vitesse sur le périphérique à 70 km/h au lieu des 90km/h autorisés actuellement ! Ceci dit, Jean-Paul Bret et ses prédécesseurs n'ont jamais eu la réputation d'être rapides et vifs comme l'éclair. Pas facile de succéder à Charles Hernu