Photo © MP

Si aucun Ministre du gouvernement Ayrault n’a daigné se déplacer pour inaugurer le premier salon mondial de la restauration et de l’alimentation, les décideurs lyonnais avaient, quant à eux, répondu présents.

La banane du samedi matin. En parcourant pendant deux heures et demi les halls du Sirah, guidant ses hôtes dans ce labyrinthe surbooké, Olivier Ginon affichait un large sourire. Il faut dire que le cru 2013 du Sirah, avant même d’avoir débuté, est déjà un succès. Tant au niveau des exposants (Eurexpo est plein comme un œuf et les organisateurs ont dû refuser du monde) que des visiteurs (ils sont plus de 147 000 à s’être préinscrits sur les 5 jours).

Dans le cortège officiel, Gérard Collomb et Jean-Jack Queyranne se sont prêtés de bonne grâce aux multiples arrêts au stand, se ravitaillant ici et là de fourme de Montbrison, de vins de la vallée du Rhône, un peu plus loin d’huitres… Malgré une soirée chargée la veille en compagnie de son ami d’enfance Olivier Farissier, Jérôme Bocuse a parfaitement tenu son rôle de président du Sirah, tandis que son papa, en convalescence, réserve ses apparitions pour les moments clés du concours qui porte son nom.

Le président de la CCI Philippe Grillot, amusé des multiples sollicitations dont il fait l’objet, a pu observer les pas de danse du couple Philippe Cochet et Georges Fenech. La présence du député de Givors, qui ne fait plus mystère de ses ambitions lyonnaises, a été remarquée. D’autant que les leaders de la droite lyonnaise (Emmanuel Hamelin, Michel Havard et Nora Berra) étaient aux abonnés absents. Tout ce petit monde a été ravi de retrouver Olivier de Kermel en pleine forme. L’ancien patron du Hilton Lyon est venu spécialement de Rio où le groupe GL Events lui a confié la responsabilité de superviser les travaux du centre de congrès et de l’hôtel attenant dont l’ouverture est annoncée pour avril 2014.

Alors que nous quittons Eurexpo déjà bien bondé, nous croisons la jeune garde des cuisiniers lyonnais survoltés sur le stand des Toques Blanches du Monde. Fin prêts pour une semaine de réjouissance. Une semaine de « banane » dont Lyon a bien besoin.