article20110426.jpg

Françoise, Paul Bocuse et Yann Eon au lancement de Lyon Gourmand, le 22 octobre 2008

 

Par Françoise Petit

 

Elle a été enterrée discrètement dans le village de ses choix poétiques à Dieulefit. Françoise Puvis de Chavannes, notre consœur nous a quittés à l’âge où elle aurait pu encore et encore nous séduire de ses articles …

 

Alice Ceccaldi – qui la connaissait depuis longtemps – avec Gérard son peintre de mari du temps de jolies virées en Luberon -, avait déjeuné avec elle quelques jours avant sa mort. Elle  évoque les fêtes que Françoise faisait  dans sa maison accrochée à la colline qui prie: "Je disais oui à ses invitations, c’était toujours un bonheur, elle cuisinait divinement bien". Dans son jardin aux buis et arbres fruitiers avec vue sur Lyon, Françoise écrivait, descendait religieusement au marché Saint-Antoine. Il y a peu de temps elle avait déménagé, un véritable crève-cœur de vendre ce lieu de rêve. Jean Cuche était aussi un ami sincère, lui comme une poignée de  proches ont assisté à la messe donnée à l’infirmerie protestante fondée par son père. Ce père qu’elle aimant si fort… beaucoup pensent que c’est à partir de cette douleur que Françoise était devenue anorexique, son ombre ne s’effacera pas de si tôt, car ses écrits resteront dans les mémoires.