Par Morgan Couturier et Alissia Ahr

Bien qu’ayant filtré en de nombreuses occasions, y compris lors des vœux du concerné, la Silicon Valley Européenne a été présentée à la presse, ce lundi, par Laurent Wauquiez, lors de la première édition du Digital Summit.

Le secret de polichinelle a fini par être dévoilé dans les grandes largeurs. La première édition du Digital Summit étant propice aux inaugurations, Laurent Wauquiez en a profité, ce lundi, pour lever le voile sur son projet de campus européen du numérique, dévoilé par brides successives depuis quelques semaines. Avec ce projet, le président de la région Auvergne-Rhône-Alpes tient l’un des grands enjeux de son mandat. Et à moindre raison de cette année 2017. L’élu souhaite en effet dynamiser son territoire avec un campus capable de s’imposer comme une référence en Europe, et d’apporter à la région près de 10 000 emplois, rien que dans le numérique. Adepte reconnu de ce créneau, Laurent Wauquiez réaffirme sa volonté d’établir une « région 100% connectée et créatrice d’emplois », ce qui passe entre autre, par le déploiement de la fibre et de la téléphonie haut-débit, tout en ayant à l’esprit, la réduction des zones blanches. Mais en invitant une vingtaine d’exposants dans son hôtel de région, l’intéressé en a surtout profité pour dévoiler l’identité des potentiels occupants de ce campus, lequel a vocation d’accompagner plus de 750 startups.

3000 étudiants à Charbonnières en 2020

Quoiqu’il en soit, cette Silicon Vallée Européenne est avant tout amenée à abriter bon nombre d’élèves, dans des filières encore inexploitées sur le territoire – notamment le codage, où le parrain du campus Xavier Niel, devrait prodiguer de précieux conseils, sur le modèle de son école 42. Le tout pour une enveloppe de 60 millions d’euros. La création dudit campus se fera en deux temps, avec dès septembre 2017, l’ouverture d’un site temporaire situé dans le bâtiment fraichement réhabilité du King Charles à Confluence, lequel hébergera 300 étudiants. Plus de 3000m2 seront mis à disposition des étudiants pour coder et étudier dans les meilleures conditions. Loué jusqu’au déménagement programmé en 2020, le King Charles va ainsi « devenir un lieu de vie pour tous les talents de la région », promet Laurent Wauquiez. À l’horizon de la rentrée 2020 promet le président de la Région, le campus européen du numérique basculera sur son site permanent, établi sur les terres de l’historique propriété du Conseil régional (de 1974 à 2011), à Charbonnières-les-Bains, où le nombre d’étudiants devrait être multiplié par dix. D’après le cahier des charges présentés à la presse, les travaux de rénovation de ce complexe désuet de 11 hectares devrait débuter au printemps 2018, pour pouvoir accueillir dès 2020, étudiants, entreprises innovantes, startups et salariés en formation continue.