Propos recueillis par Morgan Couturier

Libéré de toutes contraintes sanitaires, l’Open Parc va retrouver la pleine possession de ses moyens. Une situation idéale à l’heure de célébrer les derniers coups de raquette de Jo-Wilfried Tsonga et de son ultime participation au tournoi lyonnais. Un moment chargé d’émotions pour le tennisman français, lequel a accepté de se projeter au 15 mai prochain, en exclusivité pour Lyon People.

LP : A quelques jours de retrouver les terrains de l’Open Parc, dans quel état d’esprit êtes-vous ?
JWT : En ce moment pour moi, c’est un peu chargé. Il y a eu l’annonce que j’ai faite pour dire que c’était le dernier tournoi. Tout le monde a envie de passer du temps avec moi, avant que ça se termine. Alors forcément, il y a pas mal de sollicitations. Cela étant, ça reste un tournoi dont je suis l’ambassadeur et pour moi, c’est hyper important d’être présent sur le terrain et de pouvoir jouer.

N’est-ce pas rassurant aussi, de se dire que votre dernier tournoi va se dérouler dans des conditions optimales, loin des restrictions sanitaires qui ont perturbé les deux dernières éditions ?
Bien-sûr ! Ces dernières années, ce fut très compliqué. Le tournoi a beaucoup souffert du Covid. Alors pour nous, c’est une aubaine de pouvoir être en full capacité et de pouvoir accueillir les spectateurs le mieux possible.

Avez-vous craint que le tournoi disparaisse ?
Évidemment !  Il ne faut pas oublier que ça reste un jeune tournoi, même si pour un très jeune tournoi, on a eu de très beaux vainqueurs. Je m’exclus par humilité (rires), mais on a eu Dominic Thiem, Stéfanos Tsitsipas, qui sont aujourd’hui sur le devant de la scène mondiale. On peut donc considérer que le meilleur du tennis mondial vient à l’Open Parc. Pour autant, ça reste économique, et si on n’a pas d’argent pour continuer, forcément, le tournoi disparaît. Le Covid n’a pas aidé. Il n’a pas fait fuir que des spectateurs (rires), mais aussi des sponsors. On se considère comme chanceux de pouvoir continuer l’aventure.

« Améliorer les structures, l’accueil des spectateurs et des VIP,
c’est notre prochain défi »

Vous l’avez dit, l’Open Parc a toujours su attirer des stars du tennis dès sa première édition. Quel est votre secret ?
Je vais être honnête, il n’y a pas de recette magique (rires). Le seul moyen d’avoir des grands champions, c’est encore une fois le système économique. Après, il y a aussi l’attractivité du tournoi, le fait d’être une surface qui se rapproche de Roland-Garros, de jouer avec les mêmes balles, d’avoir une hospitalité sympa, un lieu agréable. Ce sont tous ces éléments qui poussent les très bons joueurs à venir à l’Open Parc. J’espère par la suite, que l’on pourra monter en puissance et être capable d’attirer encore plus de bons joueurs.

A ce sujet, que reste-t-il à améliorer pour que le tournoi gagne en renommée ?
De mon point de vue, je dirais peut-être les infrastructures. Aujourd’hui, on a la chance que la Ville de Lyon nous mette à disposition le Vélodrome, mais finalement, les années précédentes, lorsque l’on était sur des jauges complètes, on était rapidement complet. On aimerait offrir l’accès à encore plus de spectateurs. La Région AURA est une belle région de tennis, il y a beaucoup d’amateurs de tennis, alors améliorer les structures et l’accueil des spectateurs et des VIP, pour nous, ce sera le prochain défi.

Faut-il quitter le Parc de la Tête d’Or ?
C’est une bonne question. C’est forcément une question que l’on se pose régulièrement. L’objectif est de faire le plus beau tournoi possible. Aujourd’hui, on considère qu’en ayant un tournoi qui se passe au centre du Parc de la Tête d’Or, c’est exceptionnel ! Il n’est pas exceptionnel dans la capacité de recevoir. En revanche, il est quand même extraordinaire dans son charme et dans son environnement très naturel, ce qui correspond très bien au jeu sur terre battue. Après voilà, si on veut grandir, si on veut avoir de plus grands joueurs, il faudra songer à augmenter la capacité.

« On peut s’estimer chanceux d’avoir toujours eu des beaux plateaux »

En attendant, cette édition 2022 sera forcément spéciale, du fait de l’annonce de la fin de votre carrière. Allez-vous en profiter pour attirer de nombreuses vedettes ?
(Rires) On essaye ! Dans un tournoi français, on essaye toujours d’attirer les joueurs français. Cette année, on aura Gaël Monfils, ce qui pour nous, est hyper important, mais également Ugo Humbert et plein d’autres jeunes prometteurs. Notre objectif, sur ce genre de tournoi, c’est d’avoir les meilleurs français qui viennent jouer chez eux, devant leur public, puis d’avoir quelques belles têtes d’affiche. Jusqu’à la fin, on peut avoir de belles surprises.

On peut donc espérer quelques membres du Top 10 ?
Pour l’instant, on en a qu’un (Cameron Norrie, ndlr), on aimerait en avoir plusieurs. Mais encore une fois, ça reste une catégorie de tournoi où ce n’est pas facile de faire venir les plus grands joueurs. On sort d’une période compliquée. Si ce n’est pas cette année, on espère que dans les années à venir, on sera encore plus riche en termes de Top 10.

Pour finir, qui dit dernier tournoi, dit souvenirs. S’il faut n’en retenir qu’un, lequel choisiriez-vous ? La victoire en 2017 ?
Sans aucun doute ! A l’époque, on était plusieurs à avoir eu l’idée de remonter un tournoi à Lyon, notamment Thierry Ascione et Jean-François Caujolle. Alors pour nous, c’était un peu le scénario idéal. C’est le seul tournoi que j’ai gagné sur terre battue, le tout, en battant de très bons joueurs qui se sont révélés par la suite. Je bats Berdych en finale, Karen Khachanov, Basilashvili, c’est pas mal !

C’est aussi la preuve et vous l’avez dit, que l’Open Parc a toujours attiré de très bons joueurs…Oui, oui, on peut s’estimer chanceux d’avoir toujours eu des beaux plateaux. Ce fut un peu le dilemme de savoir si avec une telle date, ce ne serait pas trop compliqué d’attirer de bons joueurs et finalement, on se rend compte avec Thiem ou Tsitsipas que l’on a des joueurs qui se retrouvent en finale à Roland-Garros quelques jours plus tard. Alors je pense que le tennis de haut niveau est bien présent à l’Open Parc !

Open Parc 2022
Du dimanche 15 au samedi 21 mai 2022
Vélodrome Georges Préveral du Parc de la Tête d’Or – Lyon 6e
> Plus d’infos et billetterie sur www.openparc.com