Texte : Morgan Couturier. Présenté au public en 2020, le projet de l’académie de tennis mené par Thierry Ascione et Jo-Wilfried Tsonga se concrétise peu à peu. Alors que les deux hommes ont planté le premier arbre du futur All In Country Club, la livraison de cette infrastructure de 3,5 hectares devrait être effective d’ici le second trimestre 2023.

Il y eut l’idée, le rêve et cette pensée selon laquelle le tennis lyonnais s’habillerait demain d’un outil d’exception, à l’intérieur les champions à venir côtoieraient les joueurs ordinaires. Avec la même passion. Et le même confort. C’était il y a un peu plus de deux ans, dans un contexte libéré de l’adversité du coronavirus. Alors forcément, le passage des paroles aux actes fut plus compliqué à concrétiser qu’il ne le devait. Près de 2 ans après les premiers mots, le rêve n’est pourtant pas effacé. Bien au contraire.

Alors que de premiers murs laissent entrevoir les contours des complexes de demain, voir Thierry Ascione et Jo-Wilfried Tsonga, Laurence Fautra et Jean-Michel Aulas, dresser… le premier arbre (sur 310 bientôt plantés, ndlr) du dénommée All In Country Club, laissent enfin aborder l’avenir avec quelques certitudes. Surtout, une telle mise en scène aura permis de se projeter plus loin, vers le second trimestre 2023, nouvelle date de livraison promise par les différents protagonistes, dont le promoteur locale, Youse, piloté par Alain Barbier et Sébastien Lapendry.

Reste donc à « s’envoler vers une belle aventure », comme sût le suggérer Laurence Fautra, maire de Décines, alors que le All in Country Club s’apprête à héberger des équipements de haut standing sur près de 3,5 hectares. Pour le tennis loisirs, mais aussi et surtout, pour les futurs champions français. Une manière d’apporter un peu de confort à ces prodiges en devenir, quand Thierry Ascione et Jo-Wilfried Tsonga furent eux, contraints de quitter leur nid, dès leur 12e année.

Une vingtaine de courts bâtis au profit du tennis loisirs et de l’académie

« On est dans une innovation au plus haut degré. On est très fier de ce que vous êtes en train de faire. On va créer une dynamique », s’est réjoui Jean-Michel Aulas, de plus en plus prompt à voir Décines et son OL Vallée comme le 10e arrondissement de Lyon. En attendant de voir la commune de l’Est lyonnais être un jour rebaptisée « Lyon Décines », le All in Country Club regorge lui, d’innombrables promesses.

À commencer par la perspective de taper la balle sur les quelque 13 courts extérieurs (en dur et en terre battue), 8 courts intérieurs nichés dans une halle de 5 000m2 (plus trois terrains de padel), ou devant les 1500 places du court central. Les licenciés s’apprêtent à profiter du confort d’un restaurant panoramique de 200 couverts, d’une piscine extérieure semi-olympique, d’une salle de fitness de 560 m2 ou encore d’un médico-sportif avec balnéo et spa intérieur.

Autant d’équipements à l’intérieur desquels les académiciens pourront s’aventurer. Une vraie mine d’or pour ces derniers, alors que le All in Country Club promet d’accueillir à son terme, près de 80 lits sur son campus, ainsi que 8 salles de cours. « Il y aura tout ce dont on rêve quand on est athlète de haut niveau, sans aller dans des endroits dont on n’a pas forcément envie », s’est félicité Thierry Ascione, qui retrouve là, ses terres de toujours et « son parcours de footing ». Alors forcément, l’enfant de Jonage semble le plus à même à définir les lieux : « Être ici, c’est un rêve » !