Par Morgan Couturier

Alors que 27 450 élèves ont été accueillis la semaine dernière au sein des différents collèges du Rhône, le président Christophe Guilloteau s’est félicité ce mardi 8 septembre, de la bonne gestion de la rentrée scolaire 2020, effectuée dans le contexte particulier du Covid-19. L’occasion de faire le point sur les multiples projets engagés par le Département.

À 62 ans, Christophe Guilloteau pourrait s’en lasser. Et pourtant, chaque année à pareille époque, le président du Département du Rhône affiche le même sourire qu’un jeune premier le jour de sa rentrée. Une joie encore plus perceptible en ce mois de septembre 2020, avec un retour sur les bancs de l’école forcément différent, du fait de l’instauration de contraignantes mais néanmoins nécessaires mesures sanitaires liées au Covid-19.

Et si l’ancien député n’a rien perdu de sa mine enjouée après avoir quadruplé sa rentrée, c’est que celle-ci « s’est bien passée », selon ses propres aveux.

« Nous n’avons pas de cas de contamination, mais ça va très vite. Nous ne sommes pas à l’abri », a-t-il poursuivi, justifiant cette réussite par le fait que les 51 collèges placés sous sa responsabilité avaient été « extrêmement bien préparés », avec un processus de reprise imaginé depuis juin dernier.

Mieux vaut prévenir que guérir, le dicton a donc fait son chemin en cette rentrée 2020, où le président du Département a également souhaité rendre hommage aux élèves, dont le respect des règles sanitaires est à souligner. « Les élèves sont très à l’écoute, ils ont pris conscience qu’il y a des difficultés », a-t-il relevé, alors que le Département avait choisi de financer (à hauteur de 78 000€, ndlr) la distribution de deux masques lavables pour chaque collégien.

Chaque année, comme ici à Chaponost, les collégiens sont de plus en plus nombreux.

375 nouveaux élèves enregistrés lors de cette rentrée 2020

La copie rendue par le Département du Rhône presque parfaite, Christophe Guilloteau aurait pu se contenter de fanfaronner. Que nenni ! Désireux de jouer l’élève modèle, ce dernier a néanmoins rappelé la nécessité de désengorger certains établissements, en particulier à Villefranche et dans l’Ouest Lyonnais, où « quelques tensions apparaissent au niveau de l’accueil des effectifs », a souligné sa vice-présidente, Christiane Guicherd.

Pour répondre à ces fameuses tensions, et ce, malgré un budget limité à 30M€, le président du Département a donc prévu d’investir : 14M€ seront investis cette année dans la réalisation de travaux. Un montant conséquent, parmi lequel figurent la restructuration partielle du collège Alexis Kandelaft à Chazay-d’Azergues (8M€, ndlr) et de la demi-pension du collège Louis Leprince Ringuet à Genas (2,2M€). Une ville, qui dans les années à venir, pourrait profiter d’un nouveau collège, à en croire les premières informations lâchées par Christophe Guilloteau.

Des restructurations et constructions programmées pour désengorger les collèges

Christophe Guilloteau, en visite au collège Bois Franc, à Saint-Georges-de-Reneins

Si un investissement de 25M€ doit encore être voté, le maire, Daniel Valéro, s’est montré confiant. « Le Département a pris une sage décision que la région n’a pas prise pour le lycée », a-t-il envoyé en mode subliminal à destination de Laurent Wauquiez.

Tout aussi enchanté, le canton de Gleizé peut lui aussi se délecter de la construction prochaine (pour un montant avoisinant les 30M€) d’un collège… Jacques Chirac, où 800 élèves seront amenés à arpenter les couloirs de ce nouvel établissement à l’horizon 2023 et à profiter d’une médiathèque de 1200m2.

Même son de cloche à Saint-Symphorien-d’Ozon où une extension du collège Jacques Prévert est programmée pour 2024. Montant de l’ardoise : 12,5M€. Mais après tout, quand on aime ses élèves, on ne compte pas. C’est là, la première leçon à retenir !