Nouvelle ZFE autour de Lyon. Serez-vous autorisé à rouler avec votre voiture en 2023 et 2024 ?

27 septembre, 2022 | POLITIQUE | 9 commentaires

Texte : Morgan Couturier – Alors que la première étape du dispositif de ZFE est entrée en vigueur au début du mois, les élus écologistes de la Métropole de Lyon ont voté en faveur d’un projet d’amplification de ces Zones à Fortes Exclusions. Le périmètre est étendu à 18 communes de la Métropole, et même les véhicules dotés d’une vignette Crit’Air 2 ne pourront bientôt plus circuler dans le centre de Lyon.

Le projet germait depuis deux ans, attendant la bonne saison pour éclore à la face de tous. Il aura finalement profité des fortes chaleurs de l’été pour naître à la fin du mois de septembre : les zones à faibles émissions vont être étendues à 18 nouvelles communes, majoritairement à l’Est de la Métropole, laissant poindre pour les habitants concernés, une utilisation de la voiture de plus en plus complexe. Sinon interdite.

La zone a été étendue à 18 nouvelles communes

En effet, depuis ce lundi 26 septembre, la majorité verte de la Métropole de Lyon a validé à 78 contre 31 (et 37 abstentions) la 2e étape du projet d’amplification de la ZFE, laquelle s’exportera dès septembre 2024 aux secteurs de Villeurbanne, Bron et Vénissieux non-présents dans le dessin du périmètre initial, mais aussi et surtout aux communes de Pierre-Bénite, Saint-Genis-Laval, Oullins, La Mulatière, Sainte-Foy-lès-Lyon, Sathonay-Camp, Fontaines-sur-Saône, Rillieux-la-Pape, Vaulx-en-Velin, Saint-Fons, Chassieu, Saint-Priest, Décines-Charpieu, Mions et Corbas.

À cette date, la règle se veut désormais simple, les véhicules Crit’Air 5 et 4 ne pourront plus circuler. De même que les véhicules Crit’Air 3, au 1er septembre 2025. « Le projet d’extension de la ZFE est particulièrement injuste. En effet, la majorité Verte a fait le choix d’étendre la ZFE majoritairement à l’Est en intégrant 18 communes dans le périmètre étendu », s’est ainsi indigné le conseiller métropolitain centriste Christophe Geourjon. En effet, si bon nombre des élus et de Lyonnais partagent l’idée d’un nécessaire combat contre la pollution, l’élu municipal regrette qu’une telle extension s’attaque principalement aux foyers les plus pauvres de la Métropole.

Les voies rapides M6/M7 et le périphérique Laurent Bonnevay désormais concernés par ce nouveau périmètre

« Le vice-président aux déplacements a expliqué que c’était dans ces communes que les véhicules étaient les plus polluants, car les plus anciens, et qu’il fallait donc agir vite et frapper fort ! Le constat est exact, mais si les véhicules sont plus anciens dans ces communes, c’est que ce sont aussi les territoires avec les foyers les plus modestes. L’écologie doit être juste ! Elle ne doit pas aboutir a plus de précarité ! », poursuit ainsi Christophe Geourjon. Déjà pénalisante pour les foyers « les plus fragiles », la deuxième phase d’amplification de la ZFE pourrait également l’être également pour un grand nombre de Lyonnais.

Plus de 300 000 voitures vont devoir déménager de Lyon d’ici 2026

Et pour cause, cette nouvelle délibération s’est voulue claire sur un autre point : les véhicules Crit’Air 2, pourtant particulièrement récents dans certains cas, ne seront plus en capacité de rouler à l’intérieur du périmètre central de la ZFE (Lyon, Caluire et les secteurs de Villeurbanne, Bron et Vénissieux situés à l’intérieur du périphérique Laurent Bonnevay), à compter du 1er janvier 2026. Un coup dur pour de nombreux ménages, contraints de changer de véhicule dans ce court laps de temps, de prendre les transports en commun ou de s’adonner au vélo dont les élus écologistes saluent « la capacité à remplacer la voiture pour l’essentiel des trajets, plus encore grâce à l’assistance électrique ».

Les aides promises seront-elles suffisantes ?

« Un calendrier aussi serré est un non-sens écologique, entraînant une véritable obsolescence réglementaire de véhicules récents non amortis et un hold-up de plusieurs centaines de millions d’euros dans le portefeuille des habitants de la métropole », conteste à nouveau Christophe Geourjon, quand Philippe Cochet, le maire de Caluire, laisse poindre l’idée d’une métropole réservée « aux bobos et aux riches qui peuvent s’acheter une Tesla ». Sans oublier la complexité des dossiers et les pièces à fournir. « Au niveau des professionnels concernés par la première interdiction, soit 2600 véhicules, seuls 133 dossiers ont été déposés » souligne Julien Smati, le nouveau maire de Rillieux-la-Pape.

Un argument vivement contesté par les élus écologistes et le président de la Métropole, Bruno Bernard, lesquels promettent de débloquer un budget « d’une centaine de millions d’euros », pour venir en aide aux propriétaires des voitures concernées, pour qui le revenu fiscal n’excède pas 19 600€. Pas sûr toutefois, qu’un si maigre pécule suffise à acheter une Tesla. Ou plus généralement, une voiture électrique alors que l’absence de bornes de recharge publiques est criant dans toutes les communes de la Métropole.

La zone centrale de la ZFE déjà interdite aux véhicules non classés

Le calendrier de la ZFE :

  • Les véhicules non classés, Crit’Air 5 et Crit’Air 4 seront interdits dans le périmètre central à compter du 1er septembre 2023 et du 1er septembre 2024 sur le périmètre étendu.
  • Les véhicules Crit’Air 3 seront interdits dans le périmètre central à compter du 1er septembre 2024 et du 1er septembre 2025 sur le périmètre étendu.
  • Les véhicules Crit’Air 2 seront interdits dans le périmètre central à compter du 1er septembre 2025. Une période pédagogique sera appliquée jusqu’au 1er janvier 2026.
<a href="https://www.lyonpeople.com/author/marco" target="_self">Marco Polisson</a>

Marco Polisson

Rédacteur en chef
Co-fondateur du magazine.
En charge de la rédaction et responsable des partenariats.
Délégué à la protection des données RGPD

9 Commentaires

  1. XL

    Votre calendrier est à corriger (en ajoutant un paragraphe) : les véhicules Crit’Air 5 sont déjà interdits depuis Septembre 2022 dans la ZFE « centrale », et le seront donc en Septembre 2023 dans la ZFE « étendue » !
    Ensuite la question de l’interdiction des Crit’air 2 dans le ZFE « étendue » se pose : ce sera en Septembre 2026 comme pour les autres (+1 an) ? ou … un peu plus tard (+2 ou 3 ans) ? Car il est bien possible / probable que le tableau présentée par la Métropole soit volontairement tronqué à ce sujet (pour être mieux complété plus tard) !
    Pour mémoire les véhicules Crit’Air 2 ce sont … tous les Diesels en vente depuis 2011 jusqu’à aujourd’hui et même demain (et les Essence d’avant 2011).
    Et les véhicules Crit’Air 1 ce ne sont pas uniquement les Gaz et Hybrides rechargeables, comme l’indiquent certains, il y a aussi toutes les Essence depuis 2011 (ouf).
    En attendant là aussi un « complément futur » de la Métropole pour interdire les Crit’Air 1 à leur tour ?!
    Enfin pour les radars il y en aura sans doute un bon nombre qui seront roulants, et du coup ce sera coup double pour les véhicules en circulation + ceux en stationnement qui n’ont pas le « bon » Crit’Air (sans compter s’ils n’ont pas payé… comme à Paris, voir le lien),
    Cdlt

    Réponse
    • XL

      Un complément : pour les hybrides rechargeables Crit’Air 1, ce sont majoritairement des Essence, mais il y a aussi quelques… Diesel ! Uniquement des modèles Mercedes à ce jour.
      Elles sont estampillées « de » (diesel-électrique) et destinées aux gros rouleurs et/ou flottes de société, en milieu (…) de gamme.
      Pour les écolos, surtout ne cliquez pas sur le lien « XL » ci-dessus, pour voir cette gamme : infarctus garanti !
      Et pour ceux qui veulent rester au gazole, tout en circulant dans la ZFE en 2026, c’est la (…) solution.

      Réponse
  2. Guy Derail

    les français vont encore payer 40 ans de lachete jusqu’à quand ils vont baisser la tete

    Réponse
    • Anonyme

      C’est vrai que c’est bien la zone Lyon

      Réponse
  3. Guy Derail

    ces génies savent pas que le vent existe…c’est pas la france qui va sauver la planete

    Réponse
    • Anonyme

      Le but est de culpabiliser l’automobiliste français, le pauvre français avec sa clio est responsable du réchauffement climatique ! En réalité 0,1% des gaz à effet de serre viennent de lui. Mais bon le français mesure son impact aux nombres d émissions tv sur le sujet. Le principal est de croire ou faire croire.

      Réponse
      • Anonyme

        quelle absurdité…on sacrifié les moteurs thermiques au profil des moteurs électriques….. dominés par les Chinois alors que les constructeurs européens étaient les champions du thermique…..
        on s appauvri et on enrichi la Chine
        les ayatollahs de l idéologie verte nous mène a notre perte

        Réponse
  4. Alizee

    300.000 véhicules sur la seule Metro de Lyon. Qui va pouvoir fournir autant de bagnoles ? Les prix vont flamber notamment pour les occasions…

    Réponse
  5. Anonyme

    La ZFE ne s’étend pas vers l’ouest lyonnais mais seulement à l’est. Une injustice de plus.
    Pendant combien de temps va t on supporter de telles absurdités ?
    Suppression de voies de circulation, suppression de places de parking, suppression de milliers de voitures avec le CT, suppression de la viande dans les écoles, suppression toujours suppression. Bref la régression sous le couvert de l’écologie. L’endoctrinement marchera jusqu’à où ? Les français sont culpabilisés inutilement tous les jours sur le réchauffement climatique et la pollution.
    En réalité l’automobile française émet 0,1% des gaz à effet de serre.

    Réponse

Soumettre un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Cliquez ici pour SIGNALER UN ABUS
Vous pouvez nous adresser un email afin de signaler un contenu. Merci de préciser l’adresse de la page dans votre email. Votre signalement sera pris en compte au plus tôt.

Aujourd’hui

vendredi 12 avril

Saint Jules 1er


Recevez la newsletter

Restez informé en temps réel !

View More Results…