Photos © Fabrice Schiff

Après la recrudescence des propos homophobes et racistes sur Twitter, la ministre du Droit des Femmes réclamait plus de contrôle sur réseau social.

Une sortie qui a fait des vagues outre-manche. Dans son édition numérique du 2 janvier 2013, le très réputé quotidien The Guardian se fend d’un papier assassin pour la Lyonnaise, assurant que « les demandes de censure françaises à Twitter sont plus dangereuses que les discours de haine. » La requête de Najat Vallaud-Belkacem relève « de la même argumentation employée par les censeurs et les tyrans dans tous les âges et toutes les cultures », continue le journaliste Glenn Greenwald qui préfère opposer « plus de dialogue » à « la criminalisation des idées. » L’apprentissage continue pour NVB.