Par Marco Polisson

Réelle envie de retourner dans l’arène politique ou simple joke pour tester les réactions de ses interlocuteurs ? Toujours est-il que Michel Havard évoque ouvertement sa possible participation aux prochaines batailles électorales lyonnaises…

« C’est un poison, la politique. Délicieux. C’est une drogue dure ! » raconte Philippe de Villiers dans un documentaire tourné par France 3. Michel Havard qui y a gouté pendant 25 ans est-il toujours accroc ? Le gendre idéal de la politique lyonnaise, 51 ans, candidat malheureux face à Gérard Collomb en 2014, nous prépare-t-il un coup de Trafalgar pour celles de 2020 ?

Pour la première fois depuis son retrait de la vie politique, il parle d’un possible retour. Pour notre part, ce fut lors de la rencontre OL – Strasbourg, en Président Box. Affuté et reposé, certainement amoureux, l’ancien patron de la droite nous a délibérément branché sur cette hypothèse « qui le titille » selon ses propres termes. En début de semaine, il en a discuté avec d’autres accrocs de la politique, reprenant la célèbre formule du rasage matin, chère à Sarko. Miroir, mon beau miroir…

Le beau gosse qui vogue pour Suez depuis le début de l’année avec la responsabilité de développer la marque prendra-t-il le risque de lâcher un job qui le passionne ?

Embauché chez Suez en tant qu’adjoint au délégué Centre-Est, Michel Havard travaille sur les problématiques environnementales qui l’ont toujours passionnées. Il a pour mission de gagner des marchés dans le domaine de l’eau et des déchets, mais aussi de sourcer toutes les innovations techniques et sociétales en la matière. Concentré sur sa vie professionnelle certes, mais toujours un pied dans la politique puisqu’il siège désormais chez les non-inscrits au conseil municipal de Lyon. Jusqu’en 2020.

A cette date, il lui faudra faire un choix. Quitter la politique ou continuer. Si cette dernière perspective prenait corps, on voit mal comment il pourrait regagner les rives du camp républicain qu’il a quitté en 2016, ce qui a fait tanguer son groupe municipal aux ressources amoindries et mis en danger le poste de collaborateur occupé par Aubert Petit. De son côté, Michel qui n’a toujours pas oublié l’affront de la campagne des législatives de 2017 où Laurent Wauquiez lui avait préféré Anne Lorne dans la 5ème circo, n’a sans doute pas l’envie de les retrouver.

« Pourquoi pas ? » assure Gérard Collomb

On sait également que Gérard Collomb prépare une liste qui ira au-delà d’en Marche. Alors Michel franchira-t-il le rubicond ? Interrogé par Lyon People, le ministre de l’Intérieur répond cash : « S’il le souhaitait, pourquoi pas ? » Quant à Jean-Yves Sécheresse, il ne voit aucun inconvénient à travailler avec lui dans le futur : « Dans le cadre d’une majorité d’idées pour gérer la ville en 2020, nous pourrons accueillir aussi bien des socialistes que des modérés comme Michel Havard » répond sans hésiter l’adjoint à la sécurité de Georges Képénékian alors qu’on évoque de plus en plus un possible ticket Collomb – Blache en 2020…