Gégé goguenard lors du dernier conseil municipal – Photos © Fabrice Schiff

Par Marc Polisson

L’opération classique et à priori indolore du « comité de soutien » est en train de tourner au fiasco pour Gérard Collomb. Comment expliquer un tel ratage ? Éléments de réponse.

« Non seulement, ils n’étaient pas prêts, mais en plus ils ont perdu le stratège qui avait théorisé la campagne de 2008 » analyse un observateur avisé de la politique lyonnaise. Gérard Collomb avait lui-même annoncé qu’il ne rentrerait en campagne que début janvier. Mais les multiples divisions dans son camp où l’on annonce pas moins de trois listes au premier tour + la faillite du gouvernement socialiste l’ont convaincu d’avancer – discrètement – le calendrier. Son avant-garde est donc montée au front en slip de bain. Et de balancer ainsi du jour au lendemain 320 noms de personnalités en pâture aux médias. Résultat : une boucherie !

Collomb bashing

Andre Soulier et Christian PhilipL’opération de soutien a brusquement tourné au bashing médiatique. Et les accroches de nos confrères sont éloquentes. Lyon Mag est le plus soft : « Le comité de soutien 4 étoiles de Collomb montre déjà ses limites » tandis que Lyon Cap s’interroge : « Des soutiens ou des remerciements pour Collomb ? » Même Le Progrès s’y est mis : « Comité de soutien. Les obligés de Gerard Collomb ? » a osé titrer le quotidien. Pour Rue 89, il s’agit bien de : « Renvois d’ascenseurs et crispations ».  Quant à l’article de Lyon People intitulé « Le casting SDF de Gérard Collomb », il a valu à son auteur les réprimandes du château. Et les journalistes d’éplucher les listes publiées pour débusquer les signataires redevables ou subventionnés. Seuls André Soulier et Christian Philip (photo ci-dessus) sont épargnés sauf par Gérard Angel qui souligne que si l’ancien Premier adjoint de Raymond Barre n’est pas un homme d’argent, il n’est « pas insensible aux honneurs et marques de considération » . Et les Potins d’Angèle de titrer : « Un comité de soutien qui pèse (financièrement) lourd ». N’en jetez plus, la coupe est pleine !

Du côté des intéressés – à savoir les signataires – pris au dépourvu, leur coming-out pro socialiste a provoqué dans certaines entreprises de belles prises de tête et des « engueulades » épicées pour ne pas dire épiques. Les conflits d’intérêt étant multiples et caractérisés, ils ont aussi déclenché des tollés dans l’hémicycle du conseil municipal le 25 novembre dernier. L’opposition survoltée pointant la mise aux voix, le jour-même – d’une subvention pour une association dont la présidente avait été outée la veille. Une impréparation et une cacophonie qui boostent la droite, désormais convaincue qu’un renversement de tendance est possible.

Guillaume DecitreSur la toile, les internautes se lâchent, appelant au boycott des enseignes impliquées malgré elles dans la bataille! Mais tout n’est pas gris pour autant. Dans cette mêlée furieuse, le libraire Guillaume Decitre (photo ci-dessus), y a gagné un nouveau surnom : « La bibliothèque rose ».

Premier apéro des signataires du comité de soutien
Vendredi 29 novembre 2013 à 19h
Immeuble New Deal – Garage Citroën – rue de Marseille (Lyon 7)