« François, t’as bien nettoyé tes loutches ? Bon, tu vois la rue de Varennes, tu vois le N°57 ? C’est là-bas que je veux aller ! » Photo © BS

Par Benjamin Solly

Très discret dans les médias locaux pendant la campagne des municipales, le sénateur-maire de Lyon reçoit les honneurs de la presse nationale. A telle enseigne que l’on reparle de lui comme ministre potentiel.

Dans son édition du 20 mars 2014, le magazine Challenges établit un classement des 20 plus grandes villes de France. Le mensuel a passé à la loupe la dette, le fonctionnement et l’imposition des villes étudiées, à la lumière également de deux indicateurs de dynamisme spécifiques : l’investissement et l’évolution de la population. « Lyon est la ville la mieux gérée, avec une dette en baisse et des dépenses de fonctionnement modérées », conclut Challenges, qui note « un seul bémol : un volume d’investissement inférieur à la moyenne. » Gérard Collomb champion, le maire de Strasbourg Roland Ries occupe la 2eme place, suivi par l’édile bordelais Alain Juppé. Une confirmation pour le premier magistrat de Lyon, déjà distingué par L’Express dans son palmarès des maires publié en janvier dernier. Ces lauriers tressées par la presse nationale finiront-il par pousser jusqu’à Paris ?

En cette période d’agitation ministérielle typique des pré-remaniements, le sénateur-maire de Lyon pourrait susciter les convoitises d’un exécutif national exsangue. Dans son édition du mercredi 19 mars 2014, Le Monde cite Collomb. « Une fois confortés dans leurs mairies, plusieurs grands élus locaux pourraient être appelés à Paris. C’est le cas de Gérard Collomb à Lyon », écrivait le journal du soir. Interrogé par Lyon People en janvier sur cette perspective, Gérard Collomb fermait la porte sans la claquer. « Je ne ferai pas ce coup là aux Lyonnais. Mais vous savez, Alain Juppé a été ministre et en même temps un maire qui a su transformer sa ville. Si le président de la République est dans cette approche, soit il accepte que nous fassions des choses ensemble, soit il ne l’accepte pas, ce qui est le cas aujourd’hui », répondait l’édile sans détour, fixant lui-même son cahier des charges à l’attention du président Hollande. Les confrères parisiens qui ont leurs entrées au Château sont plus circonspects sur l’arrivée de Collomb au gouvernement. « Rien entendu sur ton maire », nous confie une journaliste expérimentée qui fait partie des happy-few. Wait and see.