Photo © Fabrice Schiff

Par Benjamin Solly

Sous l’intitulé « Génération Lyon », le candidat UMP aux municipales lyonnaises a dévoilé mercredi 16 octobre 2013 le contenu de sa playlist Deezer. La plateforme de partage de fichiers musicaux est devenue un outil à part entière de communication depuis les élections présidentielles de 2012. « J’ai voulu vous présenter une liste non exhaustive de chansons qui m’accompagnent depuis de nombreuses années », explique Michel Havard sur sa page Facebook. Une playlist de 17 titres éclectiques moins anodine qu’il n’y paraît.

La playlist de Michel Havard vue par Lyon People

  • « Non, je n’ai rien oublié »Charles Aznavour : Une référence à peine voilée à la campagne des municipales de 2008. Dédicace à Dominique P. !!
  • « Doucement »Liane Foly : Un pied de nez à tous les « amis » de Michel Havard qui trouvent que la campagne est trop molle ?
  • « Chic Planète »L’Affaire Louis Trio : Chassez la nature, elle revient au galop ! On reconnait derrière ce choix le président de l’association HQE.
  • « Il était là (le fauteuil) »Michel Sardou : Un texte qui fait référence à la figure tutélaire du père. Et le père Gégé n’est pas prêt de l’abandonner, son fauteuil !
  • « Face à la mer »Calogéro, Passi : Une nostalgie des années étudiantes à Montpellier ? Depuis le 5e arrondissement, port d’attache de Havard, c’est plutôt « face à la Saône » voire « face à l’amer » après sa défaite aux législatives de juin 2012.
  • « Lyon presqu’île »Benjamin Biolay : Il paraît qu’Emmanuel Hamelin, Denis Broliquier, Inès de Lavernee et Aurélie Bonnet Saint-Georges l’écoutent en boucle. Allez savoir pourquoi…
  • « School »Supertramp : Visiblement, la grève des agents municipaux dans les cantines lyonnaises a durablement marqué le candidat Havard. Un titre qu’il partage également avec l’adjoint à la petite enfance de la Ville de Lyon  Yves Fournel.
  • « Losing my religion »R.E.M : A éviter lors des déplacements de campagne à Ainay ou sur la colline qui prie. Également déconseillé lors du vœu des Echevins. Proscrit un peu partout à Lyon en fait.
  • « Shape of my heart »Sting : Après les urologues Max Dubernard et Georges Képénékian, le gynECOLOgue Etienne Tête, un cardiologue s’invitera-t-il dans le futur exécutif municipal ?
  • « Gangsta’s Paradise »Coolio : Un hommage au dernier maire de droite, Michel Noir, à l’époque où le cash poussait dans les renfoncements des poutres de l’Hôtel de Ville. La reprise de Coolio est d’ailleurs sortie en 1995, en pleine affaire Botton.
  • « Love Dream »Franz Litz : L’as du piano ! A Lyon, le maître s’appelle Paul Bocuse.
  • « Requiem pour un fou »Johnny Hallyday : La version live chantée par Johnny à Gerland siouplé ! « Je tue celui qui fait un pas, je ne ferai pas de cadeaux. » OK, mais dans les urnes seulement !
  • « Le Lac des Cygnes »Piotr Ilitch Tchaïkovski : Lac des Cygnes ou des signes ? Michel Havard le répète à l’envi, « je sens que je peux être maire de Lyon »
  • « Digging in the dirt »Peter Gabriel : La chanson résumera l’activité quotidienne du tunnelier si la ligne de métro St-Paul/Part-Dieu voit le jour (également connue sous le titre « Digging the budget »)
  • « Still loving you »Scorpions : Tu le vois bien là le jeune Michel, en sweat-shirt Impérial Classic, qui tente d’alpaguer la bombasse de la soirée pendant le quart d’heure américain ?
  • « Get Lucky »Daft Punk : Réponse le 30 mars 2014.
  • « Hells Bells »AC/DC : D’après nos infos « peoplesques », quelques lyonnaises rejoueraient bien un autre titre d’AC/DC, Love Song, avec Michel Havard. Tenue d’écolier(e), modèle « Angus Young », exigée !