Par Noëlle Bissuel

La salle des ventes de Lyon 8ème, Artenchères joue carte sur table, avec une véritable et « nette » résurrection via le web.

Maitre Agnès Savart propose une vente du fonds de l’atelier du peintre Claude Dalbanne (1877-1964), le plus énigmatique et le plus secret du groupe des Ziniars. Dans la même vacation une œuvre rare -période de Sète- de Fusaro, que le peintre sanziste -de 95 ans- a brossée à l’âge de 25ans. Un paysage de Pointe-Courte, d’avance, tellement demandé, qu’il risque d’embellir sa côte, à la hausse. Si l’on rajoute les noms de Couty, Bansac, Roumiantzeff, Magnin, ou du peintre réaliste Capitrel, on aura une cartographie de l’important rendez-vous de Maitre Savart.

Si l’on se réfère au Dictionnaire de l’expert de la vente Bernard Gouttenoire, c’est bien Dalbanne la vedette de cette vacation.

Dalbanne – qui fut conservateur du Musée Gadagne – a reçu la leçon de Poussin, de Delacroix, et du groupe les Nabis… qui doivent leur inventivité à Paul Gauguin. En même temps que Cézanne dispense une grande influence sur les autres du groupe, (sauf Combet-Descombes qui est Baudelairien dans ses nus), Dalbanne est solitaire, s’attelant à des scènes paysannes et théâtrales, voire mythologiques et même parfois païennes.

Jean FUSARO (né en 1925) huile sur toile 1950 l’entrée du canal à Pointe Courte (Sète). Estimation 4000/5000 €

Quand en 1954, Agnès Varda tourne son premier film « La pointe courte » avec Sylvia Montfort et Philippe Noiret, déjà le jeune peintre Jean Fusaro (né en 1925) est descendu, du Mont St-Clair qui surplombe Sète, pour peindre ce pays renommé pour ses alignements de baraques de pêcheurs. Mais pas seulement, car il s’inspire du pont de chemin de fer levant, une aubaine pour lui, qui signe l’audace de l’endroit, par ses entrelacs de ferrailles grinçantes.

Il réalise là, l’une de ses premières toiles de Sète, qui va lui fournir d’alibi pour installer sur le canal (en deçà du pont) ses jouteurs et leurs combats de gladiateurs qui feront sa renommée internationale…

Mercredi 17 juin 2020 à 14h.
Artenchères
2 et 4, rue Saint Firmin – 69008 Lyon
> Vente en live sur Interenchères et Drouot Live
> Pour voir les lots, cliquez ici

Partie I / Hommage à Claude Dalbanne – vente d’atelier de 300 œuvres de l’artiste

Partie II / École lyonnaise XIX-XXe siècle

Claude DALBANNE (1877- 1964). Étude pour les trois Parques. Détail : Atropos. Circa 1907. Fusain et rehauts de gouache blanche sur papier bistre. Annoté au dos : « Etudes (Trois Parques) atelier Tournelles ».64×38 cm. Grande étude pour son plus célèbre tableau, « Les Parques » daté de 1907 et acquis en 1990 par le musée des beaux-arts de Lyon. Estimation 500/800 €