Par Franck Girardet

Décidément chaque début de saison de l’OL est compliqué. Suite au naufrage à Dijon, on s’attendait à une réaction d’orgueil à domicile contre Bordeaux. Et bien nos attentes n’ont pas été comblées. C’est même plutôt le contraire.

Après un début en fanfare ponctué par un but de Kalulu et quelques occasions nettes, l’OL a sombré dans des errements défensifs inquiétant. Comme si à partir de la demi-heure l’équipe avait éteint la lumière. Sans compter qu’une fois encore le côté gauche de la défense lyonnaise a été inexistant.

Non seulement Morel perd deux ballons sur trois et est incapable de centrer correctement mais il a perdu l’ensemble de ses duels. Son couloir ressemble à Lyon un 15 aout, c’est le désert. Dur de savoir entre lui et Rybus lequel est le plus mauvais. Bref, Bordeaux a logiquement égalisé et c’est avec bonheur que les Lyonnais sont rentré aux vestiaires sur un score de parité (1-1).

La seconde mi-temps a juste confirmé les maux lyonnais avec une défense aux abois et un milieu de terrain qui dort littéralement. Une équipe sans âme. Gonalons expulsé, la sanction est arrivée sur le coup franc suivant avec un but de la tête de Sertic puis de Menez 3-1 pour Bordeaux et les hommes de Bruno Genesio toujours aussi effroyables. Cerise sur le gâteau, Lacazette s’est blessé en fin de rencontre. Il va falloir probablement jouer quelques matches sans notre avant-centre.

Première défaite au Parc OL mais l’inquiétude n’est pas là. Il faut absolument s’occuper du côté défensif gauche car il ne faut pas être aveugle pour voir que c’est notre plus gros point faible. Laisser jouer Morel ou Rybus équivaut à se mettre une balle dans le pied et à jouer à 10 tellement ils sont inexistants tant offensivement que défensivement.