Texte : Morgan Couturier. Rompu aux séries policières, le Lyonnais Philippe Tessier a choisi de sortir de ses carcans habituels pour proposer au public, une série romantique, baptisée l’Amour (presque) parfait. « Un vrai bol d’air », diffusé en prime-time sur France 2, dès ce mercredi 19 janvier.

Aimer n’est pas un crime, bien au contraire. Mieux, l’amour reste « un puits sans fond. On est toujours amoureux de quelqu’un », évoque-t-il, à l’heure d’aborder un sujet singulier. Et pour cause, Philippe Tessier nous avait habitué à des programmes plus sanglants, plus policiers, plus qu’à des « comédies romantiques avec un grand C ». Mais voilà, le directeur artistique semble s’être lui-même laissé prendre au piège de la tendresse, de ce plaisir nouveau, si ce n’est vital, de « reparler d’amour en cette période compliquée ». « On a besoin de ça en ce moment, de rire, d’aimer. Et comme vient à le démontrer la série, on n’est pas au hasard de trouver l’amour », souligne le Lyonnais.

Une vision, une envie, partagée avec Armelle et Emmanuel Patron, les scénaristes, le producteur Alain Pancrazi, comme avec France Télévisions, les directrices du pôle fiction française, Anne Holmes et Anne Didier succombant elles aussi, à ce projet écrit au plus fort de la crise sanitaire, en mars 2020. Résultat, six épisodes de 52 minutes, imaginés en à peine neuf mois, quand les coutumes du métier veulent étendre un tel process à « un an et demi, deux ans ».

Tom Leeb, Maud Baecker, Isabelle Vitari, Nadia Roz et François Vincentelli en têtes d’affiche

« Avec France TV, on a travaillé main dans la main, il y eut beaucoup d’aller-retour entre nous et la chaîne. Mais au final, je suis fier de leur livrer ce qu’ils souhaitaient. En toute modestie, pour un petit bonhomme issu de Vaulx-en-Velin, c’est un parcours plutôt sympathique », avance l’ancien chroniqueur pour Lyon Poche.

Philippe est toujours aussi amouraché pour la ville de ses débuts, au point, un temps, d’avoir imaginé l’organisation du tournage entre Rhône et Saône. « Ça n’a pu se faire pour des raisons budgétaires. Peut-être la prochaine ? », évoque-t-il, avec en tête, un nouveau sujet policier, « Cartes sur table), récemment proposé à… France Télévisions.

La série aurait pu être tournée à Lyon

Mais en attendant, place dès ce mercredi 19 janvier et jusqu’au 2 février, à la romance de Julie, Jul (alias Maud Baecker), femme de 36 ans, larguée, sans enfant et au chômage, prête à tout pour retrouver la flamme. Quitte à profiter d’une demande en mariage par téléphone, qui ne lui est destinée. Va-t-elle profiter de cette confusion pour vivre la plus grande aventure de sa vie ? Réponse en prime-time, dès 21h10, dans un thriller mélangeant « humour et tendresse ».

« L’amour (presque) parfait raconte avec humour qu’il ne faut jamais perdre espoir… La série raconte surtout des histoires d’amour(s) ) à travers le parcours de plusieurs personnages, des hommes et des femmes d’aujourd’hui, des mensonges, du fantasme, des tabous, du désir, pour conclure que, définitivement, il n’y a pas d’amour exemplaire », révèle la réalisatrice, Pascale Pouzadoux, avant que Philippe Tessier ne s’accapare le mot de la fin. Pour lui, l’amour doit essentiellement venir des téléspectateurs. Devant son écran, le Lyonnais est unanime : « on a hâte de voir comment le public va réagir » !