Lyon. Jacques Haffner est mort comme il a vécu

11 mars, 2021 | LES GENS | 3 commentaires

Par Marco Polisson

On l’a connu vendeur de fringues chics, fleuriste mondain déjanté, patron de boite de nuit poudré… Jacques Haffner est parti expérimenter une nouvelle vie pour l’éternité.

Jacques ? Un personnage de la vie lyonnaise, haut en couleurs, et le terme n’est pas galvaudé. Un personnage aux 1000 vies faites d’amour et d’amitié, d’excès et de solitude, de fulgurances et d’abattements. Adulé ou détesté, il a tout brûlé sur son passage. C’est dans la solitude que se conclut sa folle existence, bien qu’il soit entouré d’amis – de vrais amis (Najet, Annick, Nadine…).

Victime collatérale du Covid19, des angoisses et du mal-être que la pandémie provoque, Jacques a très mal supporté l’année qui vient de s’écouler.

Sans amour durable, privé de l’essentiel de ses interactions sociales ou presque, sans ses points de chute de la rue de la monnaie ou de la place des Jacobins, sans job… Jacques errait comme une âme en peine livré à ses démons. Il n’aura pas eu la patience d’attendre les réouvertures printanières macronniennes. Mais rien ne laissait entrevoir de suite tragique à ce mal-être prégnant. Ses idées noires, ses hauts et ses bas, étaient son yoyo quotidien depuis toujours.

Ses coups de gueule et son auto-dérision cachaient une totale absence de confiance en lui

Samedi dernier, dans la journée, il a bruyamment « animé » la place Sathonay… puis est rentré dormir chez lui avant le couvre-feu. « Depuis, son téléphone sonnait dans le vide », nous rapporte son copain de 35 ans André. C’est lui qui a donné l’alerte, ce matin. N’ayant pas de nouvelles depuis plusieurs jours, ce proche est venu toquer à la porte de son appartement de la rue Saint Georges dans le 5ème. Sans réponse, il a alerté les pompiers. Les hommes du feu ont forcé la porte de l’appartement de l’ancien fleuriste et ont découvert le corps de Jacques sans vie.

Nous laissons bien volontiers à nos confrères le soin de vous délivrer les rapports d’autopsie et les constats de police. Jacques n’était pas homme à s’endormir tranquillement pour l’éternité dans son lit douillet. Il est parti comme il devait partir, dans un mélange de flamboyance, de médicaments, d’alcool et de chaos. Une fin à la Audiard pour celui qui jonglait si bien avec les mots et dont les réparties – de sa voix inimitable (sauf pour Dodo…) faisaient trembler toute la ville. Ses saillies aussi…


Pour aller plus loin, voici les principaux articles que nous lui avons consacrés :

Sa résurrection en 2017 dans sa friperie d’Ainay > cliquez ici
Son retour comme une fleur, rue Mercière, en 2006 > cliquez ici
Son pétage de plombs quai Saint Antoine, en 2001 > cliquez ici

 

<a href="https://www.lyonpeople.com/author/marco" target="_self">Marco Polisson</a>

Marco Polisson

Rédacteur en chef
Co-fondateur du magazine.
En charge de la rédaction et responsable des partenariats.
Délégué à la protection des données RGPD

3 Commentaires

  1. Marion LISSAC

    savez vous quand et l’enterrement et à quel endroit ? merci

    Réponse
  2. Sournies gilles

    Adieu Jacques, merci effectivement de nous communiquer la date et le lieu de son enterrement.

    Réponse
    • Goirand ANY

      Bien triste nouvelle, Toutes mes condoléances à sa Famille .
      Pouvez-vous me dire où et quand ce dérouleront les obsèques ?! . merci

      Réponse

Trackbacks/Pingbacks

  1. Lyon. Jacques Haffner est mort comme il a vécu - | Actualité - […] Lire la suite […]

Soumettre un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Cliquez ici pour SIGNALER UN ABUS
Vous pouvez nous adresser un email afin de signaler un contenu. Merci de préciser l’adresse de la page dans votre email. Votre signalement sera pris en compte au plus tôt.

Aujourd’hui

vendredi 12 avril

Saint Jules 1er


Recevez la newsletter

Restez informé en temps réel !

View More Results…