Par Morgan Couturier

« Moi, je suis l’homme de l’ombre », aime-t-il plaisanter, en guise d’allusion à ce passé où Maxime Lavorel se complaisait dans les galéjades et autres stand-ups, sur les bancs de l’école de théâtre.

L’intéressé prend plaisir à rire et faire rire, mais ne tarde jamais à retrouver son sérieux, lorsque la situation l’exige. Respectueux du parcours de son père, Jean-Claude, ou de son frère, Benjamin, l’ancien responsable restauration du Kopster Hôtel s’imagine ainsi suivre l’itinéraire doré tracé par sa famille.

Après tout, plus jeune, Maxime Lavorel « aimait imiter les gens ». Après avoir hissé L’Horloge au rang de bar référence dans le 6e arrondissement, le trentenaire veut ainsi continuer à « mettre de la joie à côté de lui », non sans sa propre idée du bonheur, théâtralisée jadis, à Paris.

Une ancienne vie que ce jeune papa se voit déterrer prochainement, enjoué à l’idée d’animer un établissement croix-roussien de 400m2, où il combinerait ses passions de comédien et de restaurateur.

Né le 30 août 1983 à Villeurbanne
Scolarité : Lycée Cours Pascal, IDRAC (2002 – 2003), Ecole de théâtre Art Scène Studio (2003 – 2004), Ecole de théâtre l’Eponyne, Paris 18e (2004).
Diplôme : Autodidacte
Job actuel : Multitâche chez Fratelli   

>Dossier complet « Jeunes décideurs Lyon 2040 » à retrouver dans le magazine Lyon People de septembre 2020