Par Morgan Couturier

« J’ai saisi les opportunités, mais pour en saisir, il faut déjà en être une ». Joris Hadj n’est pas du genre à se lancer des fleurs, alors dans son cas, son travail parle pour lui.

Et pour cause, depuis son passage à l’Opéra de Lyon, il enchaîne les institutions lyonnaises. À sa manière, celle d’un passionné de restauration, à qui le groupe Bocuse puis le Cercle de l’Union ont accepté de confier des postes à fortes responsabilités.

Après le restaurant Marguerite et la brasserie du Louvre (pendant deux mois et demi, ndlr), Joris Hadj a croisé le chemin de Baudouin Saint Olive. « Je veux chouchouter les grands hommes de cette ville ». Avec succès, si l’on en croit le bouche à oreilles. « J’ai l’impression de faire plaisir, pas de travailler », évoque-t-il, particulièrement à l’aise, en dépit d’une formation pour le moins originale : « Les premières découpes de soles, je les ai apprises sur Youtube.

Promu manager du Cercle de l’Union, Joris Hadj n’en reste pas moins animé par la même passion. Avec elle, ce dernier en est persuadé : « tu peux voyager » !

Né le 18/08/1991 à Saint-Étienne
Scolarité : Lycée René Descartes (2006-2009), Licence de droit à l’Université Lyon 3 (2010-2014).
Diplômes : Baccalauréat Économique et Sociale (2009), Licence de droit (2014).
Job actuel : Manager au Cercle de l’Union

>Dossier complet « Jeunes décideurs Lyon 2040 » à retrouver dans le magazine Lyon People de septembre 2020