Dans un communiqué publié aujourd'hui, François Turcas, Président de la CGPME du Rhône à propos de la journée de grève nationale refuse d'opposer chefs d'entreprise et salariés. Extraits.

 

« Un grand nombre de PME subissent actuellement de plein fouet les effets de la crise. L'augmentation du nombre de défaillances et les mauvais chiffres de l'emploi attestent de l'ampleur de ces difficultés qui frappent plus particulièrement certaines activités. Les chefs d'entreprise comme l'ensemble de nos concitoyens sont inquiets, en raison notamment de la baisse des carnets de commandes. Pour autant, ils considèrent que face à la crise l'heure n'est pas à la résignation, au défaitisme ou à la surenchère… Monter les Français les uns contre les autres, opposer les chefs d'entreprise et leurs salariés est dangereux et ne constitue en rien une réponse à la crise. La France dispose de nombreux atouts au plan économique. Nos entreprises contribuent, ne l'oublions pas, au financement d'un système social parmi les plus protecteurs du monde. Plutôt que de céder à l'affolement, notre première priorité est de prendre les mesures qui s'imposent pour aider les PME à surmonter cette période difficile tout en maintenant, dans la mesure du possible, les emplois dont elles auront besoin demain. Préparer dès à présent le retour à l'emploi de ceux qui en sont exclus doit être notre deuxième priorité … bien loin de la simple défense catégorielle des "avantages acquis" par une minorité. »