Quand Frédéric Mitterrand minaude à la Biennale

19 septembre, 2011 | DERNIERE MINUTE | 0 commentaires

01.jpg Photos © Fabrice Schiff

 

Par Philippe Valence

Direction le vernissage de la XIe Biennale d’Art Contemporain de Lyon. A chacun son style : Alain Vollerin est chargé de la critique, métier dont il abuse, et moi de suivre le train de Frédéric Mitterrand, neveu de et ministre de la culture et de la communication. Une mission qui démarre "nez-à-nez" avec un homme nu !

 

biennale lyon02.jpg Gérard Collomb en ayant marre de l’attente, il décide de démarrer la visite entouré de sa cour. Tant pis pour Frédéric, il n’avait qu’à être à l’heure. Il est suivi comme son ombre par Nadine Gelas et par Georges Képénékian, adjoint à la culture, pendu à son téléphone durant quasiment toute la visite. Quelques minutes auparavant, notre maire préféré se l’était joué Stéphane Bern en croisant sur le quai Rambaud Son Altesse Royale Béatrix des Pays-Bas, accompagnée de son fils le Prince d’Orange, Willem-Alexander et la ravissante Maxima. Protocole républicain oblige, Gégé a délaissé le baisemain, d’autant que la Queen était en visite privée. Dommage, Frédéric Mitterrand aurait pu nous conter, en aparté, l’histoire de cette "Légende d’un siècle". Pas de Queen dans le cortège donc, et toujours pas de Frédéric.

 

biennale lyon03.jpg Heureusement, l’attachée de presse de la Biennale livre à qui veut la lire l’édition de l’après-midi du Monde qui "canonise" cette XIe édition. Enfin, Gégé se sent maître du monde, la capitale est à lui. Dommage qu’il ait proposé quelques jours avant de faire don de sa personne à François Hollande s’il est élu président. Il faudra qu’il choisisse quelle capitale si…

 

04.jpg Le cortège lyonnais arrive au premier étage lorsque le Parisien entame sa visite de la Sucrière. Lui aussi a sa cour, menée à la baguette par le Préfet de Région, Jean-François Carrenco. On passe rapidement devant les 55 cercueils en bois blanc du camerounais Barthélémy Toguo, symbolisant "l’état dramatique dans lequel se trouvent les pays d’Afrique". A l’heure où les mallettes de la Francafrique défrayent la chronique et nous replongent dans l’histoire des années Chirac, mais aussi Mitterrand, le neveu passe dignement devant le symbole… pour se trouver face à un homme nu comme un vers.

 

biennale lyon05.jpg L’artiste brésilienne Laura Lima a choisi d’illustrer la lutte quotidienne d’un homme dont les liens sont attachés aux colonnes de la Sucrière. Arrivera-t-il par sa seule force à faire écrouler le bâtiment ? Le ministre, amusé par les regards des nombreux photographes, décide de jouer le jeu de l’image en se plaçant face à l’homme nu, plié en deux par l’effort. Un ange passe… d’une terrible beauté.

 

biennale lyon06.jpg Décidément potache, il poursuit en montant sur la remarquable œuvre d’Eduardo Basualdo, "Et silencio de las sirenas", au risque de mouiller les revers de son pantalon, pour écouter le bruit de l’eau qui reflue, puis revient et s’impose.

 

biennale lyon07.jpg Les deux cortèges se mélangent enfin devant la création de Michel Huisman. Comment vous dire… Le médiateur (nom savant donné au guide de la Biennale) explique, je vous traduit, que pour découvrir la vision de l’artiste, il faut s’étendre sur une espèce de couverture rescapée d’un quelconque foyer de Notre Dame des Sans Abris, se mettre une sorte de serpillière sur la tête, placer sa tête sous un seau, et alors, ce sera la révélation. Collomb regarde Jean-Jack Queyranne qui passe le regard à Nadine Gelas qui se retourne vers Jean-Pierre Michaux qui, sans se démonter, regarde le ministre Frédéric. Qui s’y colle en riant. Nul ne sait ce qu’il a vu par le trou, mais il avait l’œil qui frisait en se relevant !

 

biennale lyon08.jpg Moment d’intimité lorsque le Ministre, après avoir fait la connaissance de Dominique Petitgand, prix de l’artiste francophone de la Biennale (lire notre article en Dernière minute), décide de stopper les photos pour "rhabiller" Erick Roux de Bézieux, président de la Maison de la Francophonie, dont le col de chemise rose baillait sur le revers de son costume. "Messieurs les photographes, nous sommes prêts !"

 

Avant de se faire interpeller, quelques mètres plus loin, devant la "Recherche de l’origine" de Robert Fillioux. "Monsieur le Ministre, l’artiste vous propose un classement que vous pourriez adopter dans votre ministère. Il distingue le bien fait, le mal fait et le pas fait." Rires et réplique du ministre qui semble prendre goût à l’impertinence avant que les discours ne l’appellent, avec Gégé, sur le toit de la Sucrière. Les cours, harmonieusement mélangées, ont suivi leurs altesses. "A boire", murmurent certains. Ils furent déçus.

 

 

 

 

0 commentaires

Soumettre un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Cliquez ici pour SIGNALER UN ABUS
Vous pouvez nous adresser un email afin de signaler un contenu. Merci de préciser l’adresse de la page dans votre email. Votre signalement sera pris en compte au plus tôt.

Aujourd’hui

vendredi 12 avril

Saint Jules 1er


Recevez la newsletter

Restez informé en temps réel !

View More Results…