Par Morgan Couturier

Sorti renforcé des dernières élections régionales, Laurent Wauquiez a logiquement été réélu à la tête de la Région Auvergne-Rhône-Alpes lors d’un 3ème tour sans suspense. Ce qui n’a pas empêché ses opposants écologistes de donner un aperçu de son opposition. Cela promet…

Les jours prochains l’inviteront peut-être à embarquer sur des sommets plus élevés. Mais à l’instar des coureurs du très actuel Tour de France, Laurent Wauquiez s’est contenté de savourer sa (re)prise de pouvoir. « Un moment de grande joie », a-t-il dit, autant touché par une minute de clameur que par le « lien de confiance fourni par les électeurs ». Il en fut de même ce vendredi 2 juillet, sur la route du conseil régional, où son nom est évidemment sorti en tête de la dernière « difficulté » jour : l’élection du président.

Un poste convoité, à en croire les nombreuses candidatures de la gauche, de l’écologiste Fabienne Grébert et du candidat RN, Andréa Kotarac. Mais un poste assuré, au regard du résultat des élections, où le président sortant avait obtenu 136 sièges sur les 204 possibles. S’il est évidemment sorti vainqueur de cette étape, l’intéressé aura néanmoins remarqué deux abandons, l’élu LR ayant dû se contenter de 134 voix.

Les Verts remis à leur place

« Nous n’avons pas d’explication », a assuré son entourage à nos confrères du Monde. Premiers frondeurs et premières oppositions ? L’histoire le dira. Toujours est-il que Laurent Wauquiez n’entend pas déroger à sa ligne de conduite : tout pour l’attaque. L’attaque de son programme surtout, et ce, dès maintenant. « Les habitants ont besoin d’un cap clair. Nous avons pris des engagements et ils seront tenus », a-t-il rassuré, rappelant que la sécurité serait la première de ses priorités. Pour preuve, la mise en place d’une commission dédiée à ce sujet.

Une innovation contestée par son opposante, l’écologiste Fabienne Grébert. « Quel intérêt à la créer en toute urgence ? », s’est-elle avancée, pointant l’absence en parallèle, de commission sur l’urgence climatique. Réponse du président : « Je suis étonné que vous ayez autant de mal à sortir de la campagne électorale. C’est fini, les gens ont tranché. Maintenant, on avance ».

Un exécutif paritaire, et une priorité : la sécurité

Même son de cloche à destination de Fatima Parret, autre élue écologiste, occupée à accuser Laurent Wauquiez de décider seul. Nouvelle réponse limpide. Et nouveau tacle à destination des pratiques vertes. Le tout, distillé avec un appréciable soupçon sarcastique. « Mais dites-moi, à la Métropole de Lyon, il n’y a pas de délégation de pouvoir au président ? Zéro ? Je ne doute pas que vous appliquez à vos propres élus, les règles que vous voulez me voir appliquer à moi-même. Ah, ne me dites pas qu’il a des délégations de pouvoir. Non ? Vous n’avez quand même pas fait ça ? Il est bon de s’appliquer à soi ce que l’on demande aux autres ! C’est un bon gage de transparence ».

Bruno Bernard appréciera. Cette mise au point faite, le Président de la Région a néanmoins insisté sur l’importance d’avancer sans heurt. De garder le cap, accompagné d’une bonne équipe. De 15 vice-présidents en l’occurrence. Huit femmes, sept hommes. Une parité nécessaire pour répondre aux estocades de ses adversaires. Avant peut-être, d’affronter plus tard, les routes plus escarpées de la haute montagne…

Composition du nouvel exécutif

Président de la Région Auvergne-Rhône-Alpes : Laurent Wauquiez

Vice-présidents :

-Stéphanie Pernod-Beaudon – déléguée à l’économie, à la relocalisation et à la préférence régionale

– Nicolas Daragon – délégué aux finances, à l’administration générale et aux ressources humaines

– Laurence Fautra – déléguée à la santé

– Yannick Neuder – délégué à l’enseignement supérieur, recherche, innovation, numérique et fonds européens

– Florence Dubessy – déléguée à l’éducation et aux lycées

– Jean-Pierre Taite – délégué à l’agriculture

– Marie-Pierre Montoro-Sadoux – déléguée à la jeunesse, à la famille et aux séniors

– Renaud Pfeffer – délégué à la sécurité

– Sylvie Fayolle – déléguée au tourisme

– Philippe Meunier – délégué à l’aménagement du territoire et aux relations internationales

– Sophie Rotkopf – déléguée à la culture

– Frédéric Bonnichon – délégué à l’environnement et à l’écologie positive

–  Ségolène Guichard – déléguée à l’apprentissage et à la formation professionnelle

– Frédéric Aguilera – délégué aux transports

– Sandrine Chaix – déléguée à l’action sociale et au handicap