Le TGV Lyon-Turin ne saurait être remis en cause

13 juillet, 2012 | BUSINESS NEWS | 0 commentaires

queyranne-dubitatif.jpg Le président socialiste de la Région engagé dans un bras de fer avec le gouvernement… socialiste – Photo © Saby Maviel

 

Le président PS de la Région Rhône-Alpes, Jean-Jack Queyranne, a demandé "solennellement" au gouvernement de respecter la parole de la France en faveur du TGV Lyon-Turin, après les propos du ministre délégué au Budget remettant en cause certains projets d’infrastructures de transport.

 

"Le projet Lyon-Turin ne saurait être concerné" par une éventuelle remise en cause, assure dans un communiqué Jean-Jack Queyranne pour qui "cette liaison ferroviaire, à double composante fret et voyageurs, représente un projet exemplaire pour réaliser le report de la route vers le rail". Selon M. Queyranne, plus de 1,2 million de poids lourds notamment transitent chaque année par les tunnels du Fréjus et du Mont-Blanc. "Depuis le gouvernement Jospin, le projet Lyon-Turin fait l’objet d’un engagement du gouvernement français dans le cadre d’un accord international franco-italien", souligne M. Queyranne. Ce dernier rappelle que "l’Union européenne l’a inscrit dans son réseau central prioritaire d’infrastructures" et a financé pour partie les premiers travaux. "Il serait incompréhensible que la France renonce au Lyon-Turin pour lequel 800 millions d’euros ont déjà été mobilisés", ajoute M. Queyranne. Ce dernier souligne en outre que les "conclusions de l’enquête publique (…) sont positives pour un ouvrage qui créera activités et emplois à un moment où le gouvernement comme l’Union Européenne sont à la recherche d’investissements favorables à la croissance". "Soutenir le projet Lyon-Turin, c’est tout à la fois faire le choix de l’Europe, du développement des échanges, de la préservation de l’environnement, au service de la sécurité des usagers et des populations. C’est pourquoi je demande solennellement au gouvernement de respecter la parole de la France en faveur du Lyon-Turin", conclut M. Queyranne. Le ministre délégué au Budget, Jérôme Cahuzac, a prévenu mercredi qu’il faudrait renoncer à certains projets d’infrastructures de transport programmés par le précédent gouvernement, notamment le coûteux prolongement de certaines lignes TGV.

 

0 commentaires

Soumettre un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Cliquez ici pour SIGNALER UN ABUS
Vous pouvez nous adresser un email afin de signaler un contenu. Merci de préciser l’adresse de la page dans votre email. Votre signalement sera pris en compte au plus tôt.

Aujourd’hui

mardi 23 avril

Saint Georges


Recevez la newsletter

Restez informé en temps réel !

View More Results…