Par Christian Mure – Guide Lyon Gourmand

J’ai toujours rêvé du bœuf de Kobé nourri à la bière puis massé longuement depuis une conversation entendue dans les années 1970 entre Alain Chapel et le boucher Gauthier à l’époque de la rue Montebello prospère…

Ce fut une réelle surprise de retrouver ce fameux bœuf japonais qui se coupe aussi facilement qu’une tranche de jambon tellement il est tendre. Un véritable régal que j’attendais depuis une quarantaine d’années dans le nouveau restaurant de Georges Blanc en lieu et place de l’exilé Nicolas Le Bec. Un restaurant où l’on trouve des viandes que l’on ne trouve nulle part ailleurs à 60-70 % française (Salers-Limousin-Aveyron-Cantal).

Ce restaurant de viandes est en effet unique avec son bœuf de Kobé façon tataki, sa côte de bœuf « Black Angus », sa picanha de bœuf « Black Angus » et l’emblématique volaille de Bresse comme à Singapour « façon chicken rice » dans un gouteux bouillon aux épices et condiments. Les volailles de Bresse s’égaillant dans les prés autour de Vonnas étant la marque de fabrique de Georges Blanc qui en est le plus ardent défenseur… L’éclair Paris-Bresse au mascarpone conclura de la plus belle des manières ce repas magique sur la table 42 au premier étage avec une vue panoramique sur la salle.


DEUXIÈME ROUND BOCUSE – BLANC

Le Centre by George seulement ouvert depuis le 1er novembre est l’occasion d’un deuxième round entre les deux « poids lourds » de la restauration Paul Bocuse et Georges Blanc qui s’étaient déjà affrontés lors de l’ouverture du Splendid en face de l’Est place des Brotteaux. Le « Centre » devait en effet être le nom de l’enseigne de la future brasserie de Paul Bocuse à l’Hôtel Dieu (ouverture 2016) après le Sud, l’Est et le Nord concluant les quatre points cardinaux. Georges Blanc l’ayant pris de vitesse, Paul Bocuse va donc devoir se rabattre sur « Le Réfectoire » comme enseigne de sa future brasserie…

« Rien n’avait jamais été entretenu. Tout était à refaire : c’était une jolie fille maquillée lorsque nous avons pris possession des lieux » confie Antoine Maillon. Une opération à 575 000 euros d’achat et 500 000 euros de travaux conduits par Pierre Chaduc. Quatre associés avec Georges Blanc, Antoine Maillon (Directeur Général du groupe Georges Blanc) dont le beau-père André Safar était venu l’encourager, François Desmurs (Chef Exécutif de Vonnas) et Marcel Perinet (DRH du groupe Georges Blanc). Tout le « brain trust » de Georges Blanc fidélisé à tout jamais.


DES BORDEAUX DE LA CAVE DE GEORGES BLANC

Pour cette nouvelle opération qui devrait être couronnée de succès vu le monde qui se pressait lors de notre dernier repas, Georges Blanc a délocalisé une partie de sa cave qui est l’une des cinq plus belles au monde. Vous pourrez déguster des Château Margaux, Graves Château Haut Brion, Saint Estèphe Château Calon Ségur, Saint Emilion Château Belair, Saint Estèphe Château Montrose…

La vie du gagnant de l’Euro Millions de 169 millions d’euros à un prix abordable. Si une nouvelle manifestation des patrons ou médecins « pigeons » vous bloquent dans le restaurant, vous pourrez toujours vous réconforter en dégustant 172 bouteilles de Cristal Roederer entreposées dans le mur du fond au premier étage. « Un pessimiste fait de ses occasions des difficultés et un optimiste fait de de ses difficultés des occasions » est la phrase d’Harry Truman inscrite sur les murs bordeaux de ce nouveau restaurant 100% positif.

LE CENTRE BY GEORGES
14, rue Grolée – Lyon 2 – Tél 04 72 04 44 44

Ouvert tous les jours. Service jusqu’à 14h et 23h30. Accès Wi-Fi gratuit.
Midi Express à 22 euros. Plaisir rustique à 26 euros. Menus du Marché à 22 euros (midi) et 25 euros (soir).