Disparition. Madou Bouquin, grande dame d’Ecully, a tiré sa révérence

21 mars, 2024 | Actualités People Lyonnais | 0 commentaires

Texte : Marco Polisson – Ancienne adjointe à la culture du maire Pierre Bertin-Hugault et figure de la vie éculloise, Madou Bouquin s’est endormie chez elle, entourée des siens, le 14 mars 2024, dans sa 93ème année.

Un œil qui pétille, un regard qui vous scanne, et un verbe qui vous transperce… voilà un concentré de Madou Bouquin, éculloise jusqu’au bout des ongles. Connue de tous les habitants qui s’investissent pour leur village, elle n’est pourtant arrivée dans les valises de ses parents Laurent et Jeanne David qu’en 1946.

Son père, ingénieur des mines à Alès, est l’une des victimes collatérales des nationalisations de 1945. Rapatrié à Lyon où se situe le siège social de son employeur Les Houillères de Rochevelle, et connaissant des Ecullois, il rachète la maison de Mademoiselle Martin-Monterrad, 85 ans, avenue Franklin Roosevelt.

Cornaquée par ses 4 grands frères, la belle Madou ne va pas mettre bien longtemps pour s’intégrer dans la belle société éculloise.

C’est dans la propriété familiale qu’elle fête ses 18 ans, entourée de ses amis. Au décès de sa maman, en 1988, Madou s’installe dans la maison dont elle cède une partie du terrain à la commune (qui agrandit le cimetière) et à un promoteur (qui construit la résidence « Les Baronnies ».

Vernissage de l’exposition consacrée aux parcs et jardins d’Ecully en 1996. De g à d : Pierre Bertin Hugault, maire d’Ecully, Madou Bouquin et François Duquaire, architecte paysagiste

Totalement absorbée par la vie associative, Madou Bouquin, qui fut adjointe à la Culture de 1995 à 2001 parvenait à préserver quelques heures pour les consacrer à la peinture sur porcelaine, son hobby. En 2010-2011, avec ses complices du groupe d’Histoire et d’Archéologie Charles Jocteur, Bernard Gindre, Pierre Petit et René Bouvier (ci-dessous), elle nous a ouvert les portes des demeures les plus exclusives d’Ecully.

Une collaboration d’une année qui aurait pu se conclure sur le lancement, au château du Vivier, de notre magazine « spécial patrimoine d’Ecully » avec 150 habitants de la commune (reportage ici). Mais notre amitié s’est prolongée dans le temps, aussi bien dans son jardin écullois (notamment pour ses 90 ans) qu’à la table de Paul Offroy, patron du Coq Hardi, où son coup de fourchette faisait honneur aux mets du chef.

Merci pour tous ces bons moments, chère Madou.


L’HOMMAGE DE SÉBASTIEN MICHEL, MAIRE D’ECULLY

« Madou Bouquin, figure de la vie éculloise, vient de nous quitter. Madou faisait partie des personnes qui vous marquent dès votre première rencontre.
Adjointe à la culture entre 1995 et 2001, engagée dans de nombreuses associations, elle avait le verbe toujours juste et haut, et une sincérité reconnue et parfois même redoutée de tous. Dans une société de plus en plus aseptisée, son authenticité, sa gouaille, et sa vivacité d’esprit constituaient de véritables sources d’inspiration. Avec elle, on ne s’ennuyait jamais.

C’était aussi une personnalité généreuse qui aimait et savait recevoir. Ses fêtes estivales étaient chaque année l’occasion de retrouvailles joyeuses et amicales, organisées avec le plus grand soin dans la plus grande convivialité. Elle faisait partie de celles et ceux que je veillais à consulter lorsque des décisions importantes pour la commune s’annonçaient. Bien avant que je sois élu maire, j’ai beaucoup appris à ses côtés. Au fil de nos rencontres et de nos échanges, je me suis nourri de sa connaissance de la commune, de son histoire et de son identité.

Elle aimait profondément Écully et les Écullois et n’avait jamais sa langue dans la poche lorsqu’elle avait quelque chose sur le cœur. Madou était ainsi pour moi un interlocuteur précieux, passionnant et pour qui j’avais à la fois beaucoup de respect et d’affection.

À Jean, son mari, à ses enfants et à toute sa famille, à ses amis de toujours et aux nombreux Écullois qui partagent notre émotion, je veux dire que nous partageons leur peine et pensons bien fort à eux. Nous rendrons à Madou l’hommage qu’elle mérite et elle restera dans nos mémoires. »
Sébastien Michel

L’Adieu des Ecullois à Madou Bouquin
Vendredi 22 mars 2024 à 11h
Eglise Saint Blaise – Ecully

<a href="https://www.lyonpeople.com/author/marco" target="_self">Marco Polisson</a>

Marco Polisson

Rédacteur en chef
Co-fondateur du magazine.
En charge de la rédaction et responsable des partenariats.
Délégué à la protection des données RGPD

0 commentaires

Soumettre un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Cliquez ici pour SIGNALER UN ABUS
Vous pouvez nous adresser un email afin de signaler un contenu. Merci de préciser l’adresse de la page dans votre email. Votre signalement sera pris en compte au plus tôt.

Aujourd’hui

samedi 25 mai

Sainte Sophie


 

Recevez la newsletter

Restez informé en temps réel !

View More Results…